Que penser de Bethel Church/Bill Johnson ?

Dans sa série «Que dit la Bible» le site Le Bon combat prend position sur le fond, en ce qui concerne la théologie de Bill Johnson, pasteur de l’église Bethel Church, Redding. Consultez le site pour aller + loin.

«Que faut-il penser de Bethel, le mouvement de Bill Johnson, encensé par les uns et décrié par les autres ? Difficile de se faire une idée honnête sur la question, tant les exagérations semblent nombreuses de part et d’autre. Cette semaine encore, nous recevons Daniel Saglietto, qui a longtemps évolué dans des mouvements charismatiques plus modérés, et qui a étudié en profondeur la théologie de la guérison dans des mouvements de type Bethel (voir les liens en fin d’article).

Avec Daniel, nous nous focalisons sur un aspect particulier de la théologie du mouvement Bethel : celui de la guérison. Daniel propose à chacun cinq pistes de réflexion pour forger son avis sur une base biblique. Les détails de son argumentaire se retrouvent dans sa série d’articles sur la guérison physique.

Voici donc ces cinq pistes :

(1) Bill Johnson rejette toute idée de la souveraineté de Dieu dans la maladie. La maladie est une oeuvre quasi-démoniaque, dans laquelle Dieu n’est pas impliqué.

(2) Dans les mouvements de type Bethel, il est souvent fait un lien logique entre la propitiation à la croix et la guérison des maladies (Es 53).

(3) Dieu permet et organise la souffrance dans notre vie dans un but pédagogique

(4) Nous pouvons/devons prier pour la guérison des corps, mais ne devrions pas prier QUE pour la guérison physique. Notre prière devrait être la manifestation de la souveraineté et la Seigneurie de Christ dans nos vies et nos circonstances.

(5) Au-delà de la prière pour la guérison, nous devrions prier premièrement pour que l’épreuve ou la maladie serve à transformer celui qui la vit. Dieu transforme avant de guérir ; toutes ces souffrances ont un but.

Comme vous le constaterez, nous refusons de commenter les différentes attaques hors de propos des adversaires acharnés du mouvement Bethel. Nous préférons nous concentrer sur la théologie du mouvement.»

Voir ici les conclusions sur la guérison physique et les éclairages importants sur la théologie des mouvements tels que celui de Bill Johnson et de Bethel Church.

3 comments On Que penser de Bethel Church/Bill Johnson ?

  • Bonjour, il y a de bonnes choses que c 2 pasteurs apportent, mais aussi, malheureusement de l’incrédulité face à la guérison, c soit l’hyper charismatiques, soit le raisonnable voir l’incrédulité, il n’y a pas des pasteurs équilibrés qui prient avec foi pour la guérison et qui ne sont pas des fanatiques ?
    C eux qui devraient dénoncer c mouvements l’exagération sur la guérison…je retiens quand même les bonnes choses que c frères on partagé..
    Paix dans le Seigneur

    • Bonjour
      Il y a de bonnes choses chez tout le monde. Et la Parole de Dieu nous encourage à retenir ce qui est bon, après avoir examiné (1 Thessaloniciens 5/21), ce qui signifie que l’apôtre Paul, auteur de cette pensée, intègre le fait que le mélange règne un peu partout. Nul ne possède la vérité entière, nous avons besoin les uns des autres car nous connaissons seulement en partie (1 Cor. 13).
      Premièrement nous devons savoir examiner toutes choses (ce qui implique de connaître le fond des choses), et deuxièmement on retient ce qui est bon — ce qui ne signifie pas qu’on doive laisser le mauvais survivre. Si je suis à une table de convives et que je discerne qu’un des ingrédients du plat commun est toxique, puis-je simplement me contenter de ne pas en manger, et de laisser chacun faire son expérience ? Evidemment pas. C’est pourquoi Paul dit à Timothée : «Reprends, censure, exhorte…» (2 T 4/2).
      Lorsque le Saint-Esprit nous reprend sur un aspect de notre vie, cela ne signifie pas que NOUS sommes répréhensibles, mais que notre comportement doit être réformé. L’amour de Dieu pour ses enfants ne peut pas être éteint, il est plus fort que la mort. Lorsque Paul reprend Pierre (Galates 2/11), il ne condamne pas son ministère, mais il pointe un comportement.
      Il se trouve malheureusement des circonstances où l’être humain, le serviteur de Dieu, peut devenir inaccessible à la contradiction, et à la répréhension, en sanctuarisant sa théologie. Garder le cap peut devenir très difficile, surtout après certaines expériences, et nous devons, nous, conserver notre capacité de contester, même devant des serviteurs de Dieu au ministère prestigieux, ou devant des rois. C’est l’esprit d’Elie. Si la mort est dans le pot, il faut le dire.

      • Merci pour l’approfondissement du discernement que l’on doit avoir pour séparer les choses précieuses, des choses viles sans juger la personne, mais en jugeant sa théologie et les fruits qui en résulte à la lumière de la Parole et de l’Esprit.
        En entendant des frères enseignants on peut discerner très clairement de qu’elles dénominations ou mouvements ils sont, surtout quand les sujets sont : la guérison, le baptême du Saint Esprit,

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Site Footer