« Sorcières de tous les pays, unissons-nous! »

«Dans une tribune parue le 3 novembre, près de 200 sorcières revendiquées profitent de Halloween pour sortir du bois. Féministes, elles souhaitent réhabiliter la figure de la sorcière. Des femmes pourchassées et assassinées par dizaines de milliers au cours de l’Histoire parce qu’elles vivaient en marge de la société patriarcale. Avec ce texte, lancé par l’autrice et metteuse en scène Coralie Miller, et par la chercheuse et présidente de l’association Parler Sandrine Rousseau, les signataires disent reconnaître « en elles les actrices parfois involontaires d’une des luttes les plus longues de l’humanité : celle pour l’égalité et le droit des femmes ». Elles se déclarent « soeurs de toutes celles qui aujourd’hui encore, parce qu’elles sont femmes, risquent la violence et la mort ».

Cet appel, doublé d’une pétition sur Change.org, a été signé par la comédienne Muriel Robin, la chanteuse Charlotte Gainsbourg, la dramaturge Eve Ensler, la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa, ou encore la Femen Inna Shevchenko». Le JDD.

 

Le Sarment :

On connaissait la passion féministe de la secrétaire d’État chargée de l’égalité hommes-femmes,  son arrière-plan franc-maçon, et sa culture anti-cléricale mais son engagement (et celui de toutes ces personnalités) pour la sorcellerie et sa légitimité a de quoi surprendre.

Même si le second degré est forcément présent dans une telle démarche (un grand nombe de femmes dans l’Histoire ont été (et sont encore) victimes de chasses aux sorcières), et même si tout ça est pour la bonne cause (la lutte contre les violences faites aux femmes et celle contre les inégalités), il est difficile pour un croyant de ne pas voir dans cette prise de position en faveur de la sorcellerie une sorte de provocation spirituelle — je parle du volet qui fait l’apologie de l’occultisme.

Et il n’est même pas possible de supposer une maladresse puisque tout cela est pensé et soigneusement orchestré. Il suffit de suivre un peu l’actu : dans le magazine Elle du début du mois d’Octobre, la Secrétaire d’État à l’égalité partageait quelques-uns de ses secrets et confessait (déjà) ses petits arrangements avec la sorcellerie. Et pendant ce temps, Sandrine Rousseau et Coralie Miller mettaient la dernière main à leur appel, et faisaient jouer leurs réseaux pour activer les célébrités qui donneront du poids à la démarche. 200 copines qui jouent la sororité (741 signature à l’heure où cet article est écrit). Un coup médiatique, mais un coup spirituel aussi.

La démarche qui consiste à réhabiliter, promouvoir, faire l’apologie, de la sorcellerie dans une société d’influence chrétienne — qui proscrit les pratiques occultes — est tout sauf anodin. C’est une sorte de défi à toutes les forces qui affirment le contraire et qui se réclament du conseil inspiré.

«Nous nous déclarons filles spirituelles des sorcières, libres et savantes»

«… que se lèvent celles et ceux qui se battent pour la Terre, que vivent et prospèrent les sorcières!»

Si les sorcières sortent du bois, comme l’écrit l’auteur de l’article du JDD, c’est parce que le christianisme véritable est en net recul. Non pas celui de la religion, qui s’est dramatiquement corrompu, mais celui de la vie, celui du message du Christ, celui de la vérité appliquée à soi. Alors «l’ennemi met ses signes pour signes» (Ps. 74). Alors le peuple de Dieu est humilié, ses emblèmes renversés, ses principes bafoués, remplacés par des lois iniques.

C’est probablement le moment de citer Augustin d’Hippone : «A force de tout voir on finit par tout supporter… A force de tout supporter on finit par tout tolérer… A force de tout tolérer on finit par tout accepter… A force de tout accepter on finit par tout approuver.»

À une époque où il semble que nous voyons « tout » arriver, dans une progression aussi rapide qu’inattendue, la tentation serait d’opposer une réponse politique, ou religieuse. Quelque chose qui dirait : nous ne voulons pas vivre dans une société déchristianisée. Nous ne voulons pas que des sorcières nous gouvernent. Sans même se cacher.

Peut-être, oui. Ce serait sans doute mieux que rien. Mais il manquerait la part décrite dans Ephésiens 6 (cité en fin d’article). Et il se peut également que nous soyons amenés par ces expériences douloureuses à réapprendre que nous ne sommes que passagers et étrangers sur la terre (Hébreux 11/13), que ce monde n’est pas celui des « citoyens du ciel » (Philippiens 3/20) et que notre ministère ne consiste pas à chercher à équilibrer le monde (la société dans laquelle nous vivons), à l’aider à fonctionner mieux, mais à lui annoncer la mort et la vie. Et que nous avons laissé reculer l’Évangile parce que nous étions trop occupés à construire nos maisons lambrissées (Aggée 1/4). Alors l’ennemi et ses malheurs nous surprennent, désarmés, ce qui a pour effet de nous réduire, finalement, à simplement comptabiliser les avancées ennemies de plus en plus audacieuses. Supporter, tolérer, accepter, approuver.

Alors le vieux conseil du vieil apôtre se rappelle à notre souvenir, pour nous redire que la réponse absolue est dans une prise de conscience, une repentance, et une prière fervente, qui a un grand pouvoir, bien en amont de toutes les réponses politiques ou religieuses : «Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté.» (Éphésiens 6).

1 comments On « Sorcières de tous les pays, unissons-nous! »

  • Que cette tribune soit sortie en période halloween n’est pas pur hasard. C’est une technique rhétorique de manipulation des consciences assez répandue quoi que pas toujours perçue comme telle.
    Si on décorrèle l’appel au soutien à la cause des Sorcières de celui en soutien à la cause féministe on obtient un discours d’une toute auteur couleur et qui par voie de conséquence agit fort différemment sur les consciences des destinataires de l’appel.
    – La chasse aux sorcières au moyen âge l’histoire nous donné une idée de ce que ça a été, mais au niveau de la trace laissée dans nos consciences il n’y aurait certainement pas de quoi casser 3 pattes à un canard.
    -De l’autre côté, le soutien à la cause féministe ne souffre pas de réelles carences dans nos sociétés dites post moderne où des mesures qu’on n’aurait pas imaginé il y a encore 20 ans voire même 10 ans, sont prises pour la protection des femmes par rapport aux violences ( il y a encore à pas mal à faire bien sûr mais beaucoup a été fait pour que certaines violences faites aux femmes ne soient plus considérées comme normales on en parle de long en large et en travers donc une tribune de plus ne fait pas trembler la stratosphère) .
    Donc de ce côté là une tribune faite uniquement en faveur de cette cause ne touche pas particulièrement le lecteur puisque notre société est en prise de conscience tous azimut par rapport à ce thème.

    Mais lorsque vous corrélez les deux thèmes dans un même appel ou tribune, la conscience de celui qui lit ou entend est interpellé tout autrement. car cet appel ainsi libellé imprime deux choses très fortement aux consciences qu’il va noyauter dans une information tronquée qui va modifier profondément la perception des choses l’air de rien.
    1- Cette tribune dit premièrement que les femmes sont victimes de véritables « chasse aux sorcières » (là ça renvoie de suite aux expéditions punitives pour brûler les apostates du moyen âge:et ici il ne faut pas prendre à la légère la force des représentations dans l’imaginaire) , que les femmes sont victimes de violences et risquent par voie de conséquence la mort (comme les sorcières). Donc ça porte un premier coup à la conscience.

    Mais c’est surtout la 2ème affirmation qui va être un vecteur de changement subtil dans la mentalité d’une société aux racines judéo-chrétiennes. et c’est certainement le but visé : provoquer un changement progressif d’échelle de valeur, de paradigme comme ils aiment à dire (le site ne porte til pas le nom de change.org ? ça dit clairement son objectif non ?)
    la vraie information est donc la suivante :
    2- cette tribune (parue à dessein en période halloween) prétend que les sorcières chassées et brûlées pour fait de sorcellerie étaient en fait comme les femmes d’aujourd’hui, de faibles victimes pas comprises dans leur art magique.

    Bien sûr que c’est une provocation spirituelle !! Cette tribune parue en cette période n’a évidemment pas pour but immédiat la compassion envers les femmes en souffrance, ni pour les sorcières autrefois brûlées; le véritable objectif étant comme tu l’as dit Jérôme de faire bouger les lignes pour faire accepter l’inacceptable et faire considérer ceux qui refusent comme des obscurantistes d’un autre temps. Faire accepter l’idée que l’occultisme ne serait pas une si mauvaise chose. L’ésotérisme est aujourd’hui de plus en plus largement acceptée et même parmi les chrétiens et les mêmes techniques manipulatoires de la consciences avaient opéré.
    Oui c’est une attaque contre les fondements de notre foi et dans ce cas le coup est porté à l’endroit où s’enracine ce qui pose les normes et valeurs morales et spirituelles dans une société; c’est loin d’être anodin.
    Ce mouvement si on n’a pas subi le plongeon de la grenouille, on a pu déjà le sentir et on le sent encore dans ce qui s’est et se produit au sujet de homosexualité et la façon de faire bouger les lignes dans le cadre du droit de la famille. Qui est choqué aujourd’hui d’entendre la rhétorique tordue qui veut que se battre pour l’acceptation des droits des homosexuels équivaut aux combats du passé pour faire accepter l’idée que les Noirs aient les mêmes droits que les Blancs ?
    Je vous l’accorde c’est une rhétorique profondément tordue qui émet l’idée qu’être né Noir c’est comme avoir un penchant sexuel contre l’ordre naturel des choses.
    Si, si, elle existe cette rhétorique ! et elle a tellement fait son chemin que si vous dites que c’est du n’importe quoi on vous traite ou de raciste ou d’homophobe. Car de plus de gens considèrent que vue que la société raciste a accepté apparemment l’égalité des races elle est aussi dans l’obligation de considérer que l’homosexualité est équivalent à l’hétérosexualité. Si on réfléchit on pourrait aussi demander à la société de légiférer sur la possibilité de permettre aux objets de tomber en haut plutôt qu’en bas.

    Je dénonce la rhétorique tordue : sorcières /femmes = même combat, je perds pas de vue que ce faisant je pourrai bien me faire tailler une sacrée fourrure pour l’hiver : taxée de raciste, homophobe et de surplus misogyne. Un comble quand on cumule la double tare d’être femme et Noire, et peut être même sorcière pour les auteurs d’une telle tribune aux accents tordus, s’ils/elles souffrent de bélonéphobie au point de considérer ce modeste avis comme une vilaine et méchante pique.

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Site Footer