Le matin vient et la nuit aussi

Dans tous les pays, d’un pôle à l’autre pôle, des hommes de toute race et de toute religion attendent, sans la définir vraiment, une chose extraordinaire qui doit bouleverser le cours de l’histoire. Cet événement, les chrétiens le connaissent. C’est la grande espérance de l’Epouse du Christ, qui dit avec l’Esprit: « Viens, Seigneur Jésus! » (Apoc. 22 v. 17, 20).

Sentinelles vigilantes dans la dernière veille de la nuit, gardiens du bon dépôt par le Saint-Esprit qui habite en nous, nous avons à rendre gloire à Dieu en attendant le lever de l’Etoile du matin, la venue soudaine de Jésus qui va ravir les siens auprès de Lui avant même que le jour se lève – avant qu’à Son retour en gloire paraisse aussi le matin sans nuage, le Soleil de justice qui apportera à Israël, puis au monde entier, la guérison sous Ses ailes (Mal. 4 v. 2). Prélude à la grande aurore, le départ des enfants de Dieu dont le royaume n’est pas de ce monde, approche!

Si nous ne savons ni le jour, ni l’heure, il doit pourtant coïncider avec une aggravation du mal sur la terre, avec des obstacles toujours plus grands pour les fidèles. Le témoignage des chrétiens authentiques doit se heurter de plus en plus au scepticisme et à l’indifférence des masses en attendant l’apogée de la grande apostasie, le rejet ouvert des vérités du christianisme, l’instauration d’une religion nouvelle, du culte de l’homme, qui aura pour adeptes tous ceux qui n’auront pas eu l’amour de la vérité pour être sauvés. Ils croiront alors au mensonge, une énergie d’erreur survenant sur eux …

Ce sera la Pentecôte de l’Antichrist, de l’homme de péché. L’apparition de cet impie se fera par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, et avec toutes les séductions de l’iniquité pour ceux qui périssent. Dieu envoie ce baptême infernal, cette puissance d’égarement à tous ceux qui n’ont pas cru la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice, afin qu’ils soient condamnés (2 Thess. 2 v. 3-11).

Déjà nous avons atteint « le temps où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine; mais ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables » (2 Tim. 4 v. 3-4).

L’Ecriture Sainte nous avertit donc clairement que nous ne marchons pas vers la christianisation des peuples, mais vers l’apostasie de la chrétienté. La bonne nouvelle du Royaume qui doit être prêchée dans le monde entier avant que vienne la fin, ne convertit pas les peuples, mais doit servir de témoignage à toutes les nations (Matth. 24 v. 14).

*

Depuis le rejet du Christ, le monde déjà jugé ne va pas au-devant de la lumière; il va vers l’ombre de la mort, vers les grands jugements apocalyptiques qui seront à la mesure de ses iniquités.

Avant que le Christ apparaisse avec ses saints glorifiés, la nuit doit se faire plus obscure – la Bible nous l’enseigne avec certitude – et les pieds de ceux qui annoncent la bonne nouvelle se heurteront de plus en plus contre les montagnes de la nuit.

Le crépuscule descend en effet sur le monde et, dans les ténèbres qui l’envahissent de toutes parts, on voit se profiler sur le ciel immobile les montagnes du doute, de l’erreur, du mensonge, de l’incrédulité, de la haine, du désespoir, de la mort. Ce sont les montagnes de la nuit – de la nuit en laquelle personne ne peut travailler.

De même qu’aux jours de Lot, les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, plantaient, bâtissaient… Mais le péché de Sodome et de Gomorrhe s’était accru et criait vers le ciel. Et quel était le péché de Sodome? L’Eternel lui-même nous renseigne par la bouche d’Ezéchiel: « Elle avait de l’orgueil, elle vivait dans l’abondance et dans une insouciante: sécurité, elle et ses filles, et elle ne soutenait pas la main du malheureux et de l’indigent. Elles sont devenues hautaines et elles ont commis des abominations devant moi. Je les ai fait disparaître, quand j’ai vu cela » (Ez. 16 v. 49-50.)

« Nous tenons pour certaine la parole prophétique, à laquelle nous ferons bien de prêter attention, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur » (2 Pi. 1 v. 19.) Car nous sommes dans la nuit, la dernière nuit de l’histoire du monde dominé par Satan. Une nuit toute semblable à celle que vécut Daniel aux jours du fils de Nebucadnetsar. Avec ses grands, ses femmes et ses concubines, le roi buvait le vin dans des vases d’or et d’argent tirés du temple de la Maison de Dieu à Jérusalem, louant les dieux d’or, d’argent, d’airain, de fer, de bois, et de pierre.

Il n’est en effet pas de jour où Satan, le prince de ce monde, n’offre un véritable festin de Belshatsar à une multitude de convives …

*

Témoins du Dieu saint dans une terre étrangère, comme Daniel nous vivons aujourd’hui la nuit de toutes les profanations, la nuit où les nations dites chrétiennes louent les faux dieux du présent siècle, tout en buvant à la coupe du Seigneur.

C’est la nuit du grand mélange, de toutes les associations, de toutes les compromissions. La nuit de tous les abandons et de toutes les folies. La nuit qui se termine dans une ruine soudaine, dans l’ombre de la mort, alors que l’on criait: « Paix et sûreté! » (1 Thess. 5 v. 1-11).

C’est la nuit où les sages et les grands de ce monde errent, ne connaissant ni les Ecritures, ni la puissance de Dieu. La nuit où les conducteurs spirituels devenus aveugles et conducteurs d’aveugles ne savent pas déchiffrer les mots terribles qu’une main invisible écrit sur les murs de nos cités.

Seul l’homme fidèle qui vit avec Dieu, près de Dieu, et en Dieu, peut lire aujourd’hui l’Ecriture divinement inspirée, et proclamer qu’elle parle de la fin d’un âge, de la menace qui pèse sur ceux dont le temps a été compté, et qui pesés à la balance de Dieu ont été trouvés légers.

Dans cette nuit de Babylone, Daniel ne pouvait rien faire sinon être le témoin de son Dieu au sein de ce peuple impie.

*

Un extrait d’un texte profond et prophétique écrit par Gaston Racine en 1961. Les grands reculs des sociétés christianisées y sont pressentis et même décrits avec une rare clairvoyance, donnant au propos d’ensemble toute sa force.

10 comments On Le matin vient et la nuit aussi

  • C’est drôle car quand j’ai commencé à lire l’article, je me suis dit : « Jérôme a dû recevoir une vision inhabituelle car son texte est plus lyrique que son style habituel » 🙂
    En voyant la signature et surtout la date de rédaction, je pourrais être surpris de la similitude entre la pensée du frère Racine et celle du Sarment (et la mienne, incidemment) à 60 ans d’intervalle, mais je ne le suis pas : l’esprit de la prophétie parle à travers les années et ne se contredit pas.
    Amen à ce texte – et viens, Seigneur Jésus !

    • Bonsoir Nicolas
      Effectivement j’ai été frappé de découvrir (assez récemment) ce texte de Gaston Racine : j’ai tout un tas de vieux bouquins dans ma bibliothèque, que j’ai achetés au gré du temps, la plupart du temps en solde parce qu’ils ne sont plus au goût du jour, tant au niveau du fond que de la présentation graphique des couvertures. Peu vendeur, à côté de certains produits actuels. J’ai récupéré aussi des petits stocks de bibliothèque d’une ou deux églises, qui écartent les vieux machins, que je suis incapable de me résoudre à voir partir au rebut — peut-être une forme de syllogomanie. Plus sérieusement et en y réfléchissant, je pense vraiment que ça fait partie de mon appel, de donner de la visibilité à un courant de la Vérité qui est relégué au second plan, à cause d’autres courants plus à la mode (j’ai failli écrire « mainstream;). Je suis convaincu qu’en matière de révélation, l’Esprit n’a rien de nouveau à proposer à une nouvelle génération, mais plutôt de continuer de faire vivre ce qui a déjà été :

      « Bien-aimés, comme je désirais vivement vous écrire au sujet de notre salut commun, je me suis senti obligé de le faire afin de vous exhorter à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes. Car il s’est glissé parmi vous certains hommes, dont la condamnation est écrite depuis longtemps, des impies, qui changent la grâce de notre Dieu en dissolution, et qui renient notre seul maître et Seigneur Jésus-Christ. » Jude

    • La fille de Gaston Racine est une amie, qui passe sa vie entre la Côte d’Azur et la Suisse.
      Elle m’a offert des livres écrits par son père. Je les ai lus avec plaisir car ils sont écrits avec une grande clarté. Incidemment, son mari, un homme très sympathique, est référent de l’ONG Portes Ouvertes.

  • J’ai personnellement vu en songe des lieux comme si j ‘étais en haut dans le ciel , je voyais comme une carte, des lieux qui avaient brulé et montaient vers le ciel des fumeroles ….Ces lieux avaient été des faux lieux de réveil chretien… Je ne mentionne pas de nom, Dieu sait.
    Puis j’ai vu un lieu très connu par les évangéliques et ce lieu était rempli de lumière, les gens venaient vers ce lieu cherchant la vérité et la trouvait . Il y avait une moisson au milieu des jeunes de ce temps et c »était magnifique : J’adorais en langue mon Yeshoua
    J’ entendis une voix qui disait : C’est maintenant le temps du jugement des nations , mais mon jugement commence par ma maison 1 Pierre 4:17

    La nuit dernière, j’ai fait encore un songe , il y avait de terribles tempêtes , beaucoup d’eaux , des éclairs et du tonnerre qui grondait , et je combattais dans la prière pour que notre village ne soit pas détruit par les tempêtes , et Jésus m’ exauçait…. mais c’était terriblement fatiguant et épuisant et je priais en langue pour tenir quoi qu’ il arrive , tenir dans l’intercession d’autorité , pour que nous soyons « notre village  » épargnés …je me suis réveillée épuisée !

    Il me semble qu ‘actuellement les charismes d’autorité doivent s’ exercer, car jusqu’à la fin Dieu appelle , Jésus intercède auprès du Père et l’Esprit Saint agit ….Alors courage… intercédons sans relâche pour que des âmes trouvent la vraie vie en notre très cher Seigneur .

  • Amen et amen !

  • Merci Jérôme pour vos deux articles sur Israël et merci également pour ce texte de Gaston Racine. C’est ici la parole d’un homme rempli de l’Esprit qui, comme vous le dite, ne nous annonce rien de nouveau mais nous invite, au contraire, à prêter attention à ce que l’Esprit nous a déjà annoncé afin que nous demeurions en Christ et que sa lumière se lève dans nos cœurs (2 pie 1:19).

    Le texte complet de Gaston Racine peut se lire en entier ici :
    http://www.regard.eu.org/Livre.3.Notes.Bible/Donne.gloire/DONNE.GLOIRE.A.DIEU.html

    Il l’a intitulé « donne gloire à Dieu » mais je trouve très à propos que vous ayez intitulé votre article « le matin vient et la nuit aussi » car, en sommes, c’est bien parce que les ténèbres sont là qu’il nous faut, plus que jamais donner gloire à Dieu !

    Merci,
    Bruno L.

  • Bonsoir Jérôme,

    il y a sur ce site beaucoup de textes sur l’apostasie.
    Je ne trouve par contre que peu d’explications sur la racine de ce mal.
    Existe-t-il un article dans ce sens ?

    Merci.

    • Bonjour Olivier
      Effectivement, beaucoup d’articles de ce site convergent vers l’apostasie, peut-être parce que c’est un sujet prophétique central (pour moi en tout cas). Je ne comprends pas qu’on puisse considérer que c’est juste un sujet parmi tant d’autres, puisque ce phénomène est imbriqué non seulement dans l’histoire de l’Église, mais aussi et surtout dans la fin des temps. Je vais regarder dans mes archives et essayer de répondre à ton intéressante question dans les prochains jours, Dieu voulant.

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Site Footer