Avis de tempête sur les évangéliques français ?

Réflexion alternative sur la menace qui pèse sur les libertés religieuses.#separatisme

.

Un pasteur évangélique français s’exprime dans une vidéo de 10 mn sur Youtube :

« Un nouveau pas a été franchi dans la discrimination aveugle et indigne au sein de notre  institution française en ce qui concerne le monde évangélique. Depuis déjà plusieurs années, les gouvernements successifs dans notre pays ont jeté le discrédit et ont mené une guerre administrative et fiscale contre les chrétiens protestants évangéliques. Nous devons réagir ! Et nous devons réagir particulièrement face à la déclaration de Gérald Darmanin, ministre de l’intérieur, qui dit que les évangéliques sont un problème très important en France ».

Une guerre administrative et fiscale contre les protestants évangéliques ? Est-ce vraiment la vérité ? Même si on peut comprendre la nécessité de réagir à une menace, il serait bon de garder une certaine mesure dans notre présentation de la vérité. 

La vidéo totalise 53 000 vues à l’heure où ces lignes sont écrites, avec des internautes qui renchérissent, comme GLORY TV INTERNATIONAL : « C’est une pure dictature et une discrimination absolue ». Rien que ça !

Alors on pense sans doute que c’est l’occasion rêvée de capitaliser sur une émotion, et de se victimiser à bon compte, mais qu’y a-t-il de vraiment spirituel dans cette attitude ? L’Église est accusée injustement : on a envie de dire « et alors ? » Ce n’est pas la pire des choses qui puisse lui arriver, et loin s’en faut. 

Un faux problème qui cache un vrai

On nous rapporte que le ministre de l’Intérieur a dit que les évangéliques « sont un problème très important en France » ?

MAIS SI SEULEMENT ILS POUVAIENT L’ETRE ! Comme à la manière de l’église de la première foi, celle de Pierre et des apôtres qui eux aussi étaient accusés de jeter le trouble à l’ordre public dans les rues de la capitale, parce qu’ils parlaient trop d’un Jésus ressuscité et faisaient trop de miracles : « vous avez rempli Jérusalem de votre enseignement ! Ne vous avons-nous pas défendu expressément défendu d’enseigner ? … Ils mirent les mains sur eux, et ils les jetèrent en prison ». Et plus tard : « ils les firent battre de verges, ils leur défendirent de parler au nom de Jésus, et ils les relâchèrent. Les apôtres se retirèrent de devant le sanhédrin, joyeux d’avoir été jugés dignes de subir des outrages pour le nom de Jésus ».

Mais ni les tribunaux (le sanhédrin), ni la police religieuse (les pharisiens), ni le pouvoir séculier (les romains) ne pouvaient quoi que ce soit contre l’évangile vivant. Si on le mettait en prison, Dieu l’en faisait ressortir, si on le chassait de la ville, il se répandait dans la région, et si on le bannissait du pays, il inondait l’empire. Parce qu’on ne peut faire aucun mal à l’évangile vivant, au contraire : plus on l’écrase, plus il se multiplie. 

Alors, ne nous y trompons pas : nous sommes encore loin de cette persécution, sans doute parce que nous sommes encore trop loin de cette église-là. La bonne nouvelle, c’est que Dieu travaille à nous en rapprocher. 

Une expression du christianisme qui a besoin d’être retrouvée

Aujourd’hui, les évangéliques qui s’expriment de cette manière, prouvent qu’ils ne sont pas disposés à se laisser faire si on prend leur tunique, et pas prêts à accepter d’être accusés injustement sans réagir. Ils sont plutôt déterminés à demander des excuses. C’est peut-être en cela que les évangéliques sont devenus moins évangéliques, pourrait-on dire. Et il n’est pas impossible que Dieu cherche un moyen de le leur rappeler.

L’évangile du vieil homme s’insinue et s’installe subrepticement, et lorsqu’on se rend compte que nous sommes devenus des chrétiens qui veulent régner avec Christ sans souffrir avec lui (de son rejet du monde par exemple), il est trop tard. Et si cette souffrance est une richesse, alors c’est peut-être pour cette raison que Laodicée est pauvre, misérable et nue.

L’Église qui ne veut pas qu’on dise du mal d’elle ferait mieux de rendre son tablier et de faire autre chose. 

Mais on ne va pas se mentir : il n’y a rien d’agréable à être mis dans le même sac que les fanatiques terroristes ; personne n’aime être insulté. Et la perspective d’avoir à présenter ses comptes associatifs régulièrement à l’autorité préfectorale est, de fait, une réduction des libertés. Très bien. Mais quel est le conseil biblique face à ces situations, que la grande nuée de témoins qui nous environne ont bien connues ? « quelle gloire y a-t-il à supporter de mauvais traitements pour avoir commis des fautes ? Mais si vous supportez la souffrance lorsque vous faites ce qui est bien, c’est une grâce devant Dieu » ( 1 Pierre 2:20). Et si nous pensons que cette option relève de la faiblesse, de la passivité, du mysticisme ou de la religiosité, c’est que nous n’avons rien compris aux enseignements et surtout à l’exemple de Jésus et des disciples.

2 Corinthiens 4/17

« Car nos légères afflictions du moment présent produisent pour nous, au delà de toute mesure, un poids éternel de gloire, parce que nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles; car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles ».

1 Pierre 4/12-14

« Bien-aimés, ne soyez pas surpris, comme d’une chose étrange qui vous arrive, de la fournaise qui est au milieu de vous pour vous éprouver. Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l’allégresse lorsque sa gloire apparaîtra. Si vous êtes outragés pour le nom de Christ, vous êtes heureux, parce que l’Esprit de gloire, l’Esprit de Dieu, repose sur vous.… »

La persécution n’est pas le pire

Si nous pensons que nous sommes entrés dans un temps de persécution, alors dispensons les enseignements qui étaient donnés dans l’Église persécutée. « Ils fortifiaient l’esprit des disciples, les exhortant à persévérer dans la foi, et disant que c’est par beaucoup de tribulations qu’il nous faut entrer dans le royaume de Dieu ». Ils remplaceront avantageusement la mode des enseignements sur le développement de soi, qui ne serviront bientôt plus à rien.

À Jérusalem, l’opposition à l’évangile vivant était grande de la part des autorités, et pour le coup, c’était une guerre qui n’était ni administrative, ni fiscale. Mais en dépit de l’adversité sévère, l’église tenait ferme et le soutien de la population lui était acquis, à cause des fruits visibles et des miracles : « Quelqu’un vint leur dire : Voici, les hommes que vous avez mis en prison sont dans le temple, et ils enseignent le peuple. Alors le commandant partit avec les huissiers, et les conduisit sans violence, car ils avaient peur d’être lapidés par le peuple » (Actes 5/25). 

Nous voudrions tous évoluer dans cet évangile vivant, tout en conservant nos acquis, et sans avoir à payer le prix pourtant inévitable : « Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite : Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. S‘ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi; s’ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre » .

Mieux vaut cette guerre-là, que de passer pour être vivant alors que l’encéphalogramme spirituel est plat. Ne pas craindre cette guerre ou cette perspective de guerre, mais la regarder en face. Le confort, la sécurité, l’institutionnalisation, c’est le bonheur de la religion, mais le cercueil de l’homme spirituel.

.

JeromePrekel2021©www.lesarment.com

29 comments On Avis de tempête sur les évangéliques français ?

  • Merci pour cet article très très édifiant .

    Je crois vraiment que le focus a été placé en direction linéaire sur le propos du ministre et qu’il a été interprété comme une menace se situant principalement au niveau de la liberté de culte par beaucoup, c’est à dire les rassemblements dans des bâtiments cimentés et ornés le dimanche ou en semaine.Menace à laquelle, donc, beaucoup de personnes évangéliques ont réagi au nom de la liberté (qui un jour va de toute façon nous échapper quoi qu’il advienne).
    Je ne nie pas ce qu’il a dit, mais je pense vraiment que le focus des évangéliques n’est pas placé dans la bonne direction.
    A mon avis, nous devrions l’orienter en direction non pas du danger de perte de la liberté du culte etc.., mais bien plutôt du danger de la diminution de sa substance …….

    Si nous regardons en direction du danger de la dégradation de la substance vitale à laquelle nous assistons depuis quelques années, alors, nous allons découvrir l’ampleur des dégâts et à ce niveau G Darmarin n’y est pour rien (( pour une fois ( rire ) ))

    Mais paradoxalement , plusieurs évangéliques s’attardent sur une menace extérieure, probablement parce qu’elle revêt un caractère officiel puisque émanant du gouvernement, ils l’interprètent comme un danger réel et imminent, alors que le vrai danger ….vient de l’intérieur (( pas le ministère ..de l’intérieur (re rires ) ))

    Le danger est donc externalisé….. alors qu’il est intrinsèque .

    Les propos et menaces directes ou indirectes du ministre G Darmarin sont exutoire, et je crains qu’ils ne deviennent un prétexte pour livrer bataille sur les plans religieux et politiques, qui ne sont pas le reflet de LA FOI véritable, afin de défendre ce que je qualifierai comme étant un concept, dont l’objectif sera de consolider une position plutôt que de comprendre qu’il est vital de revenir à la substance véritable malheureusement en grand danger d’extinction, en voie d’étiolement par privation de lumière.

    C’est cela qui fragilise grandement l’édifice, j’entends : le « système évangélique » …et pas les menaces du ministre.

    Si demain (et cela a de toute façon commencé avec le Covid) nous ne pouvons plus nous rassembler pour une raison ou pour une autre, et même par décrêt d’interdiction (et cela se fera tôt ou tard), nous devrons agir différemment. Notre socle principal ne devra plus être une appellation  » évangélique ou autre « , ni un lieu, mais notre socle devra étre , uniquement: le roc.

    En bâtissant sur le roc, nous aurons un édifice moins rutilant à vue humaine, mais bien plus solide et les bénédictions qui en découleront et dont le monde a besoin seront tellement plus grandes.

    On voit aujourd’hui beaucoup de chrétiens qui mènent certains combats dans une démarche de revendication statutaire et d’évitement OR, ce qui vient contre tous les chrétiens est annoncé depuis bien longtemps et nous ne pourrons pas l’éviter. Le statut, la position … tout sera balayé.

    Ce n’est ni du fatalisme, ni de la passivité : c’est écrit. C’est un fait mais c’est accompagné d’une promesse : celle de tenir debout …sous certaines  » conditions ».

    ET ce qui nous fera tenir debout, c’est LA substance véritable. Celle là personne ne pourra nous l’enlever. C’est elle qui bénira le monde, c’est elle qui produira du fruit excellent, et très certainement cela se fera un jour …dans la douleur ….

    Si donc nous voulons être réellement actifs, soyons-le comme il est bon que nous le soyons : revenons sur le roc, construisons sur le roc .
    Les tempêtes souffleront, mais nous tiendrons, même sans édifice, même sans réunions même sans musique ni sono …ni … ni … ni
    Si nous acceptons le dénuement, si nous acceptons d’être dépossédés de ce à quoi nous nous accrochions (choses matérielles, qui finalement n’étaient que l’expression très souvent d’un désir et d’une volonté humains de sécurisation et de stabilité) alors, le moment venu, nous serons prêts et nous tiendrons !

    Nous serons persécutés et nous ne pourrons pas l’éviter, alors il me semble que le bon combat est celui non pas de la préservation des bâtiments et des réunions, mais celui de la foi, de la substance de vie : La Parole, de son application et également de l’annonce de la Parole en tous lieux, même par jour de mauvais temps et de grand vent.

    Il viendra un temps où nous ressemblerons à celui qui n’avait pas un endroit où poser sa tête …et il faudra oublier nos fauteuils, nos sonos, nos collations ..etc… Mais l’Esprit de vie se chargera de tisser les bons liens et il nous affermira, nos paroles et nos actes seront puissants par LUI …ce qui n’est pas toujours le cas actuellement.

    Le problème évangélique dont parle G Darmarin ne concerne pas notre puissance dans les domaines de l’annonce de l’évangile qui dérangerait par les guérisons et les miracles sur la place publique car on n’y va pas sur les places publiques ou tellement rarement …..et les peu de fois où on y va, où bien les peu de fois où nous y allions, ….la récolte et les fruits étaient si maigres …..

    Je crois juste que le propos de G Darmarin s’inscrivent dans le discours/esprit actuels désormais incontournables de laicité, humaniste, et antichrist et que tout ce qui porte le nom de » chrétien » se fera malmener ….

    Mais qu’y a-t-il d’étonnant en cela ?

    Se préparer à vivre dans des temps troubles et difficiles sans l’appui de structures lorsque cela sera arrivé, en se fondant uniquement sur le roc de toute notre âme, de toute notre force, de tout notre être, me semble la seule issue et la meilleure option à prendre, ainsi, la force que nous donnera le roc rayonnera comme elle n’a pas rayonné depuis trop longtemps.

    Il me semble que c’est le seul but à viser et sur lequel nous devons placer le focus. et cela, quelles que soient les conditions, et quel que soit le contexte : favorable/confortable ou, carrément mauvais (c’est plutôt ce qui se profile ).

    PS (je n’ai jamais dit qu’il ne fallait plus de bâtiments , mais je dis qu’on va bientôt les perdre et devoir faire sans, et devoir se recentrer .)

    Bénédictions à nous tous

    • Merci Marie pour votre commentaire. Pas facile de garder la tête froide avec tout ce qui se passe aujourd’hui, mais vous y parvenez très bien !JP

    • ???Très bien parlé car nous n’aurons pas le choix.
      Le SEIGNEUR nous a tout annoncé à l’avance.
      Nous devons rester concentrés sur sa parole.
      Convaincu que DIEU a permis que le Ministre
      parle et annonce ce qui doit arriver.
      DIEU agit par AMOUR car IL désire encore sauver.
      IL veut que nous témoignons, que nous avertissions
      car IL revient très bientôt!!!
      SOYONS PRÊT!!!

  • Tant que les évangéliques francophones ne se distancieront pas clairement des évangéliques américains complotistes (et de certains évangéliques francophones complotistes) il y aura toujours un doute dans l’esprit des gens.

    • @Michel : Réflexion intéressante. C’est ce que nous essayons de faire ici, (articles et échanges), en portant un regard différent sur l’actualité et en se gardant de toute comparaison biblique hystérisée, ce qui est le propre de certains influenceurs évangéliques gagnés par cet esprit du complotisme. Mais le mal est fait, et les évangéliques sont désormais considérés, dans le conscient collectif, comme un dangereux amalgame de fanatisme religieux, de crédulité politisée, et de volonté d’instaurer une théocratie, par la force si nécessaire. Nous n’avons donc pas fini d’essuyer les plâtres.
      Le seul bon évangélique ne peut être qu’un évangélique mort … à lui-même, qui marche comme Jésus a marché, ou qui se forme/se laisse former par l’Esprit dans ce but. C’est-à-dire vers un service de la volonté du Père et certainement pas dans l’affirmation de la sienne, qui finit tôt ou tard dans un fauteuil à se lustrer la notoriété.
      Dieu soit béni, un chemin existe, et c’est parmi les évangéliques que j’ai trouvé cette vision et cette aspiration que j’ai intégrée, et qui est toujours vivante aujourd’hui. «Quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui-même est pur» (1 Jean 3).

      • Oui, il est vrai que vous vous distanciez des complotistes, mais les évangéliques « officiels » ne le font pas assez, ce qui donne une impression de « qui ne dit mot consent ». J’ai l’impression qu’ils ne veulent pas créer de divisions, étant donné le fort pourcentage d’adhérents au complotisme parmi les évangéliques. Mais cela se retourne contre eux. La tiédeur n’est théoriquement pas de mise chez les chrétiens, mais en pratique il en va malheureusement autrement…

        • Réponse à Michel : Bonjour, voici un copié-collé du commentaire que pour ma part j’ai posté sur le blog Sébastien Fath, suite à un de ses articles daté du 26/10/2020, intitulé « Évangéliques américains et complotisme sur internet » :

          Un ami m’a transmis par courriel en fichier pdf joint une très bonne étude sur ce thème, exhaustive et pénétrante, et qui tombe à point nommé tant tous les milieux sont touchés voire intoxiqués par ce fléau qui gangrène l’Internet, les réseaux sociaux, etc.

          Étude réalisée par le pasteur Emmanuel Bozzi (Églises Évangéliques Bibliques Baptistes Indépendantes).

          https://www.academia.edu/44402574/par_le_pasteur_Emmanuel_Bozzi

          Cordialement
          Écrit par : Éric Lisbonne | 01/12/2020

  • Bonjour M. Prékel,

    Je vous remercie beaucoup pour la mise en ligne de cet article et pour sa teneur authentiquement biblique en forme de « mise au point » !

    En effet, je vous avais écrit le 7 février dernier (extrait, je cite) : « Il serait intéressant de publier une rubrique sur ce thème dans votre site Internet «Le Sarment», pour informer les chrétiens évangéliques qui vous lisent des dangers de dérives auxquels nous sommes confrontés actuellement à-travers de tels propos officiels. »

    Effectivement, les dérives encourues peuvent aussi venir de responsables de communautés protestantes évangéliques elles-mêmes, par rapport à tout ce que vous expliquez fort clairement !

    De mon côté, je pensais plutôt à l’aspect strictement « information et communication » par rapport aux futures tracasseries administratives et financières sur le plan des relations des autorités de ce pays avec les associations régies par les lois de 1901 et 1905. Mieux vaut prévenir que guérir, un homme averti en vaut deux !

    Pour le reste, et il est bien vrai que c’est le plus important à comprendre, d’un point de vue purement spirituel et surtout prophétique, l’Écriture nous a clairement prévenus dans le Nouveau Testament de l’accroissement irrémédiable du mal sous toutes ses formes, y compris les fausses doctrines, etc, manifestation caractéristique des temps difficiles (Segond 1910) / fâcheux (Darby 1885), et qu’en effet « tous ceux aussi qui veulent vivre pieusement dans le christ Jésus, seront persécutés » (2 Tim. 3 : 12 Darby 1885).

    Pour finir, et pour effectivement prendre du recul, je lisais avant-hier soir la réflexion suivante qui m’a beaucoup touché :

    “Veux-tu poursuivre du regard ce qui va disparaître ? Tout est provisoire en ce monde, l’Église comme le reste. Et pour une nuit que nous y passons, il n’est pas nécessaire d’y bâtir une forteresse : une légère tente ou un charriot couvert, tels les peuples nomades, sont plus que suffisants. Demain, s’il plaît au Seigneur, nous serons dans la cité de Dieu. » Félix Neff (1797-1829). Voir 1 Tim. 6 : 7 ; Héb. 13 : 14.

    Cordialement et fraternellement,

    E.L.

    • Merci Eric pour votre commentaire, et cette belle citation de Felix Neff.

      Pour ce qui concerne les futures tracasseries administratives et financières des églises évangéliques, elles sont inévitables désormais. Nous ne sommes pas vraiment capables d’évaluer la menace à laquelle doit faire face le gouvernement français pour la bonne et simple raison que le ministre de l’Intérieur ne peut pas rendre publique la note régulière de la DCRG (ex Renseignements Généraux) qui l’informe de tout ce qui se passe, dans les mouvances religieuses extrémistes. Mais la situation est préoccupante et nécessite des mesures assez radicales, et de nature à générer des protestations, bien compréhensibles.

      Souvenons-nous que nous avons connu pire, et que le christianisme en France a été pour ainsi dire mis à genou à l’occasion de la promulgation des lois que vous citiez, 1901 et 1905.

      Entre 1901 et 1902, près de 2 000 maisons religieuses appartenant à 25 congrégations ont été frappées d’interdiction, tandis que 3 000 écoles chrétiennes (catholiques) étaient fermées. L’État s’était donné le droit de légiférer sur « les conditions de fonctionnement des congrégations religieuses » ce qui a été un véritable cataclysme.
      « La dissolution de la congrégation ou la fermeture de tout établissement pourront être prononcées par décret rendu en conseil des ministres » (art.13).
      « Les membres d’une congrégation non autorisée sont interdits d’enseigner ou de diriger un établissement d’enseignement « (art.14).
      « La liste des membres et les comptes et l’inventaire de la congrégation sont à la disposition du préfet » (art.15).
      « Les congrégations existantes (…) qui n’auraient pas été antérieurement autorisées ou reconnues, devront dans un délai de trois mois, justifier qu’elles ont fait les diligences nécessaires pour se conformer à ces prescriptions. À défaut de cette justification, elles seront réputées dissoutes de plein droit ; il en sera de même des congrégations auxquelles l’autorisation aura été refusée » (art.18).

      Le coup final a été porté à l’enseignement chrétien (aux congrégations enseignantes) par la loi du 7 juillet 1904, dont l’article 1er prévoyait :
      « L’enseignement de tout ordre et de toute nature est interdit en France aux congrégations ». On ne pouvait pas être plus clair.

      Près de 2 000 écoles furent fermées, et des dizaines de milliers de religieux qui avaient fait de l’instruction leur terrain d’action privilégié se trouvaient interdits d’exercer leur profession et confrontés au choix entre reconversion, abandon de l’état régulier, et exil. Certains se sécularisent, à l’appel des évêques, pour assurer la survie de leur œuvre, mais beaucoup choisissent la fidélité à leur vocation et donc l’exil, de préférence le plus près possible de la France, dans l’espoir d’un retour possible.
      30 à 60 000 religieux français sont ainsi partis fonder des établissements à l’étranger : Belgique, Espagne, Suisse, mais aussi la voie « missionnaire » (Wikipedia, page Histoire des congrégations chrétiennes en France).
      Ces mesures seront progressivement abrogées à partir de 1940.

  • Le Président et le Directeur général du Conseil national des évangéliques de France (CNEF) ont souhaité rappeler que les récents propos du ministre de l’intérieur Gérard Darmanin, dans le cadre de l’examen du projet de loi confortant le respect des principes de la République, » ont aussi offusqué nombre de protestants évangéliques, en France et dans plusieurs pays d’Europe. »

    « Ce dernier a bien noté l’incompréhension des protestants évangéliques », poursuit le CNEF dans le communiqué. « Il a reconnu que les expressions utilisées avaient été malheureuses. Elles pouvaient éventuellement concerner des cas très particuliers mais en aucun cas les évangéliques en général. Il a affirmé que le discours de Monsieur DARMANIN lors des 10 ans du CNEF restait totalement d’actualité. Le ministre y affirmait entre autre « qu’être croyant permet souvent d’être un bon citoyen ». Le ministère a promis que « cette mauvaise expérience ne se reproduira pas », lit-on plus loin.

    Le reste de l’article sur le site d’évangéliques info

  • Je tiens à signaler ici (il n’y a pas de page de contact sur lesarment.com) que Ravi Zacharias, dont plusieurs articles sont publiés sur ce site, a été déboulonné:
    https://www.infochretienne.com/un-rapport-denquete-accablant-confirme-les-allegations-dabus-sexuels-a-lencontre-de-ravi-zacharias/

    • Bonjour bibletude
      Merci pour le post sur Ravi Zacharias. J’avais comme d’autres connaissance de cette info. Que préconisez-vous exactement ?

      • Du moment qu’il semble que Ravi Zacharias n’a pas démontré par la mise en oeuvre de sa foi que celle-ci était la vraie foi (cf. Jacques), il serait sage au moins de mettre un avertissement en tête de chacun de ses articles, et au plus de supprimer ces articles. C’est du moins ce que je ferais si j’étais webmaster de lesarment.com.

        • Imaginons un non-croyant tombant sur des articles de Zacharias, puis sur un autre site décrivant les dérives de ce monsieur Ravi, que va penser cet internaute du sérieux des sites web chrétiens ?

          • Merci pour la réflexion autour des écrits de Ravi Zacharias. Nous allons insérer un avertissement au lecteur, en marge des articles publiés sur ce site, ce qui semble à l’heure actuelle une démarche sage. Pour ce qui est de les supprimer, c’est une autre affaire : si nous décidons d’aller dans cette direction, est-ce qu’il ne faudrait pas effacer aussi certains psaumes de nos Bibles, ceux écrits par David, qui s’est finalement rendu coupable du même péché, aggravé d’un meurtre déguisé en accident de guerre ?
            La Bible a ceci d’extraordinaire qu’elle montre des hommes de Dieu dans leur fragilité, leur vulnérabilité, et leur péché. Parce que le cœur de Dieu se révèle dans l’expression de son pardon. Le péché est une obscurité, et l’obscurité, c’est l’absence de la lumière. Aujourd’hui nous parlons d’abus sexuel, mais nous savons bien que devant Dieu, c’est «le péché» qui est en cause, et qui produit toutes sortes de fruits, à commencer par l’égocentrisme et l’orgueil, qui fait beaucoup de victimes et d’abusé(e)s de toutes sortes. Et qui est peut-être la cause de toutes les erreurs et de toutes les violences.

  • Récemment, le président Claveiroly est venu inaugurer le pôle FPF dans lequel se trouve l’aumônerie.
    Il nous disait rechercher une meilleure « visibilité » du monde protestant dans notre pays
    J’ai l’impression qu’il a été exaucé (même si ce n’est pas de cette manière dont on a attiré l’attention de nos gouvernants.) La seule « visibilité » qui nous est demandée est une vie authentiquement chrétienne…
    Rien de plus, mais rien de moins

    • C’est exactement cela: La seule « visibilité » qui nous est demandée est une vie authentiquement chrétienne. Chacun connaît des « chrétiens » qui ont constamment à la bouche « Dieu m’a dit », mais dont la vie…

      …et d’ailleurs souvent ce que Dieu leur a soi-disant dit est tout simplement faux (il est par ailleurs curieux que Dieu ne leur ait pas annoncé le covid…).

  • @jerome
    Pécher est humain, mais persévérer est diabolique…
    Zacharias a persévéré dans son erreur.
    Il a même poussé (une de) ses victimes à prier après son acte horrible, pour remercier Dieu de ce « bienfait »

    • Bibletude
      Oui, oui, nous sommes d’accord sur la gravité de ce qui nous est annoncé, et l’indignation est justifiée. Je partage tout ça. Mais c’est plus fort que moi, je pense à David, qui savait lui aussi très bien qu’il faisait mal, mais qui s’est lui aussi raconté des histoires, et a trouvé un moyen de parvenir à ses fins, alors que le Saint-Esprit était là, dans son cœur. Moi c’est cet aspect-là qui m’intéresse et qui devrait nous amener à une réflexion approfondie.

      Vous dites que pécher est humain, mais persévérer est diabolique. Mais si David n’a pas persévéré, c’est parce que l’Éternel l’a arrêté ! C’est le jugement de Dieu, intervenu après la naissance de l’enfant : de longs mois ont passé avant que la chose éclate dans la lumière et devienne publique par le biais de Nathan. Mais le silence de Dieu est un paramètre important.

      Ce que je veux dire en somme, c’est que les similitudes sont bien plus nombreuses qu’on peut l’imaginer et que la puissance de l’onction et de l’élection divine ne met pas à l’abri de tout péché. Et quelqu’un dira sans doute : bien au contraire. Alors je ne veux pas minimiser la souffrance des victimes et le fait que je n’en parle pas ne signifie pas qu’elle ne mérite pas notre compassion. Mais je ne peux pas m’empêcher de réfléchir aux principes spirituels et que lorsqu’un homme est envoyé par Dieu pour rencontrer le Diable dans toute la puissance de son influence/argumentaire antichrist, jusque dans les plus hautes sphères de l’intellect, de l’athéisme et des pouvoirs temporels, eh bien il devient une cible spirituelle à abattre.
      S’il commet des erreurs elles seront toutes capitalisées. Ne parlons même pas des fautes ! Tout sera fait pour favoriser les situations, comme David qui se promène sur le toit de sa maison « au temps où les rois entrent en campagne » et il voit une femme nue prendre son bain : rien ne nous arrive par hasard, quand on ne se trouve pas à la place où on devrait se tenir.

      Ici, nous pourrions écrire une liste noire, en symétrie d’Hébreux 11, avec les noms de ceux qui ont échoué et qui ont perdu l’onction, le service, le ministère, au premier rang desquels on inscrirait Samson pour son amour pour les prostituées, et Salomon qui aimait aller de femme en femme, ce qui le ferait considérer aujourd’hui comme le plus grand abuseur de la planète. Ils étaient des hommes d’onction, appelés et élus par Dieu. Remplis de l’Esprit. Je ne sais pas s’il existe un cours sur ce sujet, en master de théologie, mais une chose est sûre : nos jeunes pasteurs et serviteurs de Dieu en ont besoin, ainsi que de nos prières. La pression de l’impureté atteint des niveaux inégalés dans toute l’histoire de l’humanité.

      Il n’y a qu’un seul salut possible et c’est la croix. Toutes les entorses au principe de la croix quotidienne (ce que Jésus appelle « la mort à soi » et qui est parfois mal compris) peuvent se transformer en autant de chutes aux conséquences qui seront proportionnelles à la place que nous occupons. Que celui qui est debout prenne garde de tomber. Et ne pensons pas que nous sommes d’une nature différente. Ce sera le meilleur de tous les commencements.

  • A bibletude

    Bien d’accord avec vous.
    Ce type de prédateur, fonctionne sur la base de la tromperie , la duplicité et l’abus . En un mot : la perversité .
    Il n’y a rien de bon en eux .

    Toute personne en position d’autorité spirituelle ,( mais les autres aussi ) , qui utilise l’abus ( sexuel ou spirituel ) doit être sévèrement écartée, éloignée ainsi que ses écrits ou ses enseignements audios etc.., SAUF si il y a une authentique repentance dont on voit les fruits …sur la durée ….,et qui démontrera ….dans la durée…. des changements absolument radicaux .

    Sans celà, on ne peut rien garder de ces esprits pervers , trompeurs qui salissent les autres par leurs actes et qui utilisent leur position , le nom de Dieu et sa Parole pour mettre à exécution leurs actes de prédation faisant de leur frères et soeurs leur proie ..

    Un prédateur qui ne s’est pas repenti ……………reste un prédateur !

    Et tout ce qu’il a écrit ou produit est hautement infecté, pollué et toxique .

    • @Marie-Vic
      Il y a en fait beaucoup de pain sur la planche…
      Si les évangéliques sont de plus en plus mal vus par ceux du monde, c’est à cause de leurs nombreuses dérives.
      Exemple, ceux qui adhèrent aux thèses complotistes: il y en a bcp plus qu’on croit.
      Ou ceux qui disent à longueur de journée « Dieu m’a dit » et qui n’ont pas vu arriver le covid.
      Je pourrais citer encore maints et maints exemples…

  • J’ai oublié une perversion et qui n’est pas des moindres :- la manipulation .

    Quelle que soit la nature de l’abus ,( -c à- d, spirituelle, relationnelle, émotionnelle, affective, etc. la liste est longue et de toutes façons tous ces aspects sont associés et inter-actifs ) , c’est un acte pervers de manipulation …connecté à une influence spirituelle noire .malveillante et toxique .

  • # ZACHARIAS
    Bonsoir,

    À l’annonce de cette information ma réaction a été : « encore un qui nous plante un couteau dans le dos, qui discrédite le véritable évangile ». Puis à la lecture de la réponse de Jérôme, je me suis senti repris et j’ai réalisé combien nos pensées vont vite en besognes.
    Les faits sont là et il ne faut en aucun cas les minimiser ou ignorer les souffrances des victimes mais cela devrait nous faire réfléchir d’avantage sur notre condition humaine et notre « aisance » à tomber dans un péché ou un autre.
    Quelle aurait été ma réaction si j’avais été dans le peuple d’israël à l’époque du Roi David apprenant que mon Roi avait de telle manière commis l’adultère et le meurtre pour couvrir son adultère ?
    Quelle aurait été ma réaction si j’avais été serviteur d’Abraham le voyant se faire passer pour le frère de sa femme (même si il était son demi-frère) au point de la laisser aller avec un autre ?
    Zacharias est plus proche de nous et cela nous impacte directement dans notre vie, dans notre témoignage dans le monde.
    Sans vouloir aucunement lui trouver quelques excuses, je pense que Dieu seul connait le fond du coeur et nous ne pouvons pas clouer au pilori une personne pour ses péchés apparents, aussi « gros » soient ‘ils même si je confesse que nous devons nous appliquer à refléter la vie de Christ et avoir un témoignage conforme à ce que nous confessons.

    Je repense à l’auteur du titre bien connu « amazing grace » John Newton qui était homme d’affaire dans le commerce d’esclave noirs et qui à mis 10 ans avant d’arrêter son activité et de réaliser que ce qu’il faisait était contraire à l’évangile! Que se serait’ il passé si il était mort avant cela? ….

    Soyez bénis de notre Seigneur Jésus-Christ .
    Merci Jérôme pour tout ces articles !

    • @gabriel
      Il faut faire la différence entre un péché occasionnel et un péché permanent.
      Dans le cas qui nous occupe ici, il ne s’agit pas d’une faute isolée, mais d’une prédation permanente et répétée.

  • Bonjour Jérome,
    Une question se pose à moi depuis quelques temps. Nous ne sommes pas d’accord avec les évangéliques qui ont soutenu le président Trump d’une manière quasi « inconditionnelle. Nous ne sommes pas non plus d’accord avec l’évangile dit du dominionisme, Soit.
    Dans le livre bien connu « Précis de l’histoire de l’église » de Jules-Marcel Nicole, un texte a depuis toujours retenu mon attention. Je n’ai pas le livre sous la main, mais il s’agit d’un message envoyé par un chrétien, aux autorités romaines de l’époque. Il dit que les chrétiens remplissent la terre…Et d’argumenter en disant que les chrétiens sont au Sénat, au Forum, etc, etc . L’auteur termine en écrivant « Nous ne vous laissons plus que vos temples »
    Je le répète, sans adhérer aux idées dominionistes ou à la stratégie des 7 montagnes, il y a (me semble t-il) un abandon que constituent les sphères d’influences et par conséquent notre absence de présence dans les postes de responsabilité de l’état, par les chrétiens soucieux d’un témoignage efficace. Serait ce une « conception » particulière de la laïcité qui nous fait abandonner ce « terrain » ou une négligence coupable ? Je n’ai pas de réponse claire…
    A noter que les musulmans occupent de plus en plus le domaine « public »

    • Bonsoir Armand
      Merci pour la réflexion sur l’implication chrétienne dans la société, qui est une vraie question. Personnellement j’ai tendance à l’aborder sous un autre angle : un chrétien qui est réellement converti, né de nouveau, et vivant une relation avec le Seigneur, est comme un arbre planté près d’un courant d’eau (Psaume 1/3), qui donne du fruit, et son fruit devient un arbre de vie (Proverbes 11/30). Un chrétien né de nouveau et spirituellement réveillé est la lumière du monde : rien ne l’empêchera d’éclairer. Qu’il fasse de la politique ou de la théologie, qu’il pratique l’aide sociale ou un sport de haut niveau, il sera un influenceur de Dieu.

      Si cette approche est vraie, et je crois que fondamentalement elle l’est, alors la perte de terrain, la perte d’influence dans la société, ne vient pas d’une mission mal comprise, ou d’un enseignement absent sur ce sujet.
      Aujourd’hui nous avons des responsables et leaders qui prennent conscience de la situation (un recul du christianisme, ce que Paul appelle « l’apostasie ») et qui redoublent d’efforts et de formations pour motiver les troupes et former les chrétiens à remplir leur rôle. Et sur d’autres cases de l’échiquier, le dominionisme pousse lui aussi fortement les chrétiens dans cette vision. Bien sûr, ce chemin n’est pas sans fruit, et il vaut beaucoup mieux s’activer que de ne rien faire.

      Mais le Seigneur Jésus a été clair : sur le roc de la révélation de la messianité et de l’essentialité de Christ, l’ekklesia de Jésus se construira et existera. Ekklesia signifie « appelé hors de ». Hier nous disions qu’un chrétien sortait du monde et du péché pour entrer dans le royaume de Dieu par le baptême. Aujourd’hui on devient chrétien sans changer de vie, et surtout sans sortir du monde : c’est l’évangile inversé. Il faut rester dans le monde pour l’influencer (sans avoir compris qu’il est l’adversaire de Dieu et le nôtre, et que tout ça doit passer par la mort). Ceux qui veulent gagner le monde pour le Seigneur, sans être crucifiés au monde, seront vaincus par le monde. Sans la vie de résurrection, sans l’Esprit de vie, ça ne peut pas fonctionner. Ça peut faire illusion un temps, mais ça ne provoquera pas de changement (conversion) qui résistera à l’épreuve du temps. Si l’Éternel ne bâtit la maison, ceux qui bâtissent travaillent en vain.

      Donc pour moi, la question de la perte d’influence (qui est une réalité) est subordonnée à celle de la vraie conversion. Je recommande la lecture (ou relecture) de « la vielle croix et la nouvelle croix » de Tozer : une perle.

Leave a Reply to Armand Fabre Cancel Reply

Your email address will not be published.

Site Footer