La marque de la Bête

Et elle fait qu’à tous, petits et grands, et riches et pauvres, et libres et esclaves, on leur donne une marque sur leur main droite ou sur leur front; et que personne ne peut acheter ou vendre, sinon celui qui a la marque, le nom de la bête, ou le nombre de son nom (Apocalypse 13:16).

Dans son exposé des choses qui doivent arriver à la fin, le livre de l’Apocalypse donne une part importante à la marque de la Bête. Il s’agit d’un sujet prophétique majeur, et il n’est pas étonnant que l’on ait cherché de tout temps à comprendre clairement ce dont il s’agit. L’enjeu est grand puisque ceux qui recevront cette marque connaîtront des tourments terribles ( Apoc. 14/11). La plupart des commentaires interprètent cette marque comme une identification visible, qui signalera que les personnes qui la porteront appartiendront au système de l’antichrist et seront promis à la perdition, en imaginant qu’il pourrait s’agir d’un tatouage, ou (plus récemment) d’un code-barre, voire d’une puce électronique implantée.

Un peu à l’écart de ces hypothèses qui s’inscrivent dans une certaine logique contemporaine, c’est une autre interprétation qui est proposée ici, qui dirige nos regards sur des choses moins évidentes, se fondant sur le postulat d’une marque non visible dans un premier temps, mais qui se traduira par un comportement (le comportement étant également une marque extérieure de ce que nous pensons), davantage en phase avec les réalités spirituelles qui sont exposées dans les Écritures.
Cet angle de vision présente l’avantage d’attirer notre attention (et de provoquer nos réactions) très en amont des événements dramatiques à venir, alors que ceux qui attendent l’émergence d’un « marquage » de l’humanité cherchent simplement à se convaincre (et à convaincre les autres) qu’il faudra réagir à ce moment-là. Mais il sera trop tard, comme l’ensemble de cet article cherchera à le démontrer.

Le propos de ces lignes n’est pas de contester la réalité d’une marque visible finale, ce qui est en tout état de cause une éventualité que nul ne peut écarter, mais de démontrer que le visible apparaît A CAUSE de racines invisibles. Lorsque le fruit apparaît, c’est que la plante est enracinée. L’exhortation qu’on trouvera ici consiste donc à alerter les enfants de Dieu en amont, c’est-à-dire de ne pas attendre que cette marque fasse son apparition dans le monde, mais à lutter dès à présent contre ses signes avant-coureurs.

Au nom du principe créateur qui établit que « ce qui se voit n’est pas fait de choses qui paraissent » (Hébreux 11/3), nous savons que la vérité des choses se construit en premier lieu dans l’invisible, dans les positions spirituelles que nous adoptons, là où les victoires et les défaites conditionnent les avancées ou les reculs du Mal dans le visible.
L’attente d’une marque extérieure, dont la seule matérialisation devrait prouver une appartenance au camp du Mal pourrait bien être en réalité une séduction, car ce n’est pas aux choses visibles qu’on juge spirituellement, mais à celles qui sont cachées aux hommes, mais visibles à Dieu.
Pour donner une première illustration de ce principe (de la prééminence de l’invisible sur le visible), nous pouvons faire appel par exemple aux arguments avancés par l’apôtre Paul, en ce qui concerne la circoncision – signe d’appartenance concret s’il en est – et qui prétend que ce ne sont pas ceux qui portent les marques visibles qui font partie d’Israël, mais ceux qui portent la marque cachée d’un coeur circoncis[1]. Mieux vaut un coeur circoncis … sans la marque extérieure. De la même manière, nous voyons dans le Nouveau Testament que ce ne sont pas forcément ceux qui porteront les marques extérieures du christianisme qui entreront dans le royaume de Dieu [2].

Dans le domaine spirituel, les apparences sont parfois trompeuses ! L’interprétation proposée ici, associant la marque de la Bête à un signe caché, invisible, est moins balisée que l’hypothèse de la simple attente d’une marque extérieure, qui est plus binaire en définitive. Mais l’hypothèse de la simple attente d’une marque extérieure entretient la fausse idée qu’il suffit de comprendre à quoi elle ressemblera pour éviter de la recevoir.

Bien qu’il soit tout à fait vraisemblable que le puçage des êtres humains se produise un jour – système appelé RFID [3] et que cette éventualité puisse alimenter une certaine vision de la marque de la Bête, il est important de ne pas céder à la facilité d’un scénario qui contient encore beaucoup d’inconnues : comment est-il possible d’imaginer que toutes les populations de la terre puissent être pucées ? car il faut que l’humanité toute entière soit soumise aux mêmes contraintes, exposée aux mêmes tentations et dans le même temps …
Examinons donc avec soin tout ce que dit la Parole prophétique à propos de la marque de la Bête, et cherchons à comprendre son sens spirituel, avant de tirer des conclusions, et d’adhérer trop facilement, et trop vite, aux points de vue qui paraissent les plus évidents – ou qui sont les plus bruyants.

EXAMEN DES PASSAGES BIBLIQUES DE L’APOCALYPSE À PROPOS DE LA MARQUE

« Ici est la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence compte le nombre de la bête, car c’est un nombre d’homme; et son nombre est six cent soixante-six » (13:18).

« Et un autre, un troisième ange, suivit [les deux premiers anges], disant à haute voix: Si quelqu’un rend hommage à la bête et à son image, et qu’il reçoive une marque sur son front ou sur sa main lui aussi boira du vin de la fureur de Dieu, versé sans mélange dans la coupe de sa colère; et il sera tourmenté dans le feu et le soufre devant les saints anges et devant l’Agneau.
Et la fumée de leur tourment monte aux siècles des siècles; et ils n’ont aucun repos, ni jour, ni nuit, ceux qui rendent hommage à la bête et à son image, et si quelqu’un PREND la marque de son nom »
(14:9 à 11)

« Et le premier [ange] s’en alla et versa sa coupe sur la terre; et un ulcère mauvais et malin vint sur les hommes qui avaient la marque de la bête et sur ceux qui rendaient hommage à son image » (16:2).

« Et la bête fut prise, et le faux prophète qui était avec elle, qui avait fait devant elle les miracles par lesquels il avait séduit ceux qui recevaient la marque de la bête, et ceux qui rendaient hommage à son image. Ils furent tous deux jetés vifs dans l’étang de feu embrasé par le soufre » (19:20).

« Et je vis des trônes, et ils étaient assis dessus, et le jugement leur fut donné. Les âmes de ceux qui avaient été décapités pour le témoignage de Jésus, et pour la parole de Dieu, ceux qui n’avaient pas rendu hommage à la bête ni à son image, et qui n’avaient pas reçu la marque sur leur front et sur leur main; et ils vécurent et régnèrent avec le Christ mille ans » ( 20:4).

En résumé, nous pouvons noter les différents détails suivants (sans entrer précisément dans le sujet) :

– on ne peut pas comprendre la marque sans comprendre ce qu’est la bête [4].
– la marque peut se comprendre par un nombre qu’on nous demande de calculer, alors qu’en même temps on nous l’annonce ( !) : six cent soixante-six ;
– il faut de l’intelligence (spirituelle) pour l’évaluer, l’interpréter ; ce n’est pas simplement visuel. Ce nombre est une somme, et pas seulement une somme de chiffres (voir paragraphe : le nombre de son nom).
– c’est en rendant hommage à la bête et à son image qu’on reçoit la marque de cette bête ; il y a nécessité d’adhésion, d’allégeance, d’union, de soumission, de participation (voir paragraphe : comment vient la marque).
– on peut recevoir cette marque, mais on peut aussi la prendre (verbe confirmant la notion de choix volontaire, alors que le verbe « recevoir » évoque une action plus passive) ;
– cette marque est une étape : elle favorise la séduction du faux prophète et entraîne, pour ceux qui la portent, des malédictions vécues sur la terre, puis des tourments terribles « aux siècles des siècles » ; elle mène vers quelque chose de plus grave encore que la marque elle-même.

INTERPRÉTATION DE « L’ESPRIT » DES CHOSES
Chacun des points évoqués plus haut nécessiterait des commentaires et des développements, mais on cherchera premièrement à établir le sens du principe de la marque, et la signification des emplacements (le front et la main droite).
Si nous faisons le choix d’une interprétation symbolique (nous savons que la Bible nous parle parfois par images, paraboles et symboles, et que le livre de l’Apocalypse en est l’exemple pas excellence), l’évidence s’impose assez rapidement pour ce qui concerne le lieu du front, à l’examen des Écritures : c’est la pensée, le raisonnement ; quant à la main droite : c’est l’action, la mise en pratique.

Le front et la main droite, associés, représentent donc symboliquement le témoignage de l’homme dans son ensemble, constitué de ce qu’il pense (son raisonnement, son positionnement spirituel) et de ce qu’il fait (ses oeuvres[5]).

EMPLACEMENT DES SIGNES : LE FRONT
Concernant l’image du « front », ce n’est certainement pas un hasard que le Seigneur Jésus-Christ ait été crucifié sur « le lieu du crâne »[6], c’est-à-dire à Golgotha. C’est à cet endroit, sur « le lieu du crâne », que la victoire a été remportée, là que les ordonnances qui nous étaient contraires ont été clouées à la croix [7] en Jésus-Christ, là que l’ennemi a été vaincu et que le sacrifice perpétuel a été installé. C’est ce qui fait dire parfois que le lieu des pensées de l’homme (le front) est le théâtre des plus âpres combats, et que la « force » qui triomphera à cet endroit entraînera logiquement les actions en conséquence : parce que la pensée est la semence de l’action.

Dans le livre du prophète Ezéchiel se trouve une préfiguration – inversée – du phénomène spirituel qui se produit à la fin des temps, lorsque nous y voyons l’Eternel « marquer » Ses fidèles, distinction grâce à laquelle ils échapperont à la destruction :

«et l’Eternel dit (à l’ange): Passe au milieu de la ville, au milieu de Jérusalem, et fais une marque sur les fronts des hommes qui soupirent et gémissent à cause de toutes les abominations qui se commettent au dedans d’elle.
Tuez, détruisez vieillards, jeunes hommes, et vierges, et petits enfants, et femmes; mais n’approchez d’aucun de ceux qui ont sur eux la marque, et commencez par mon sanctuaire. Et ils commencèrent par les anciens qui étaient devant la maison»
(Ézéchiel 9:4).

Était-ce une marque visible ? L’angle de considération qui nous est offert ici est céleste, spirituel : c’est un ange, en effet, qui est chargé de « marquer » le front des hommes fidèles. Et il fallait une marque reconnaissable par les anges, tout comme le sang de Jésus peut être considéré comme une marque spirituelle et céleste sur ceux qui croient en Son sacrifice parfait. Ils n’ont pas besoin de porter le signe du sang sur eux. Cette interprétation d’une marque spirituelle invisible est renforcée par le passage d’Apocalypse 7/3 (et 9/4) :

«Ne nuisez pas à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, jusqu’à ce que nous ayons scellé au front les esclaves de notre Dieu».

Nous constatons ainsi dans ce passage que le principe de « marque de la Bête » pour ceux qui vont vers la perdition n’est pas le seul qui soit opérant aux temps de la Fin : ceux qui appartiennent à Dieu sont également « marqués ». En fait, deux « marquages » sont bel et bien en oeuvre, bien en amont des événements finaux, et on peut montrer qu’ils sont le résultat de processus.

Pour le monde spirituel, le « sceau » apposé (par exemple dans le livre d’Ézéchiel, « sur ceux qui gémissent et soupirent » ou dans le livre de l’Apocalypse sur ceux qui se sont faits « esclaves de Dieu [8] ») est tout simplement le signe spirituel de la reconnaissance divine, qui constate et valide les choix de la personne. Puisqu’ils ont choisi le chemin des serviteurs, le chemin des fils et filles [9] de Dieu, alors ils voient leur choix scellé éternellement par l’Esprit de Dieu, qui est lui-même le sceau [10].

Ce qui est nécessaire de signaler, c’est que l’important n’est pas dans la marque elle-même, mais dans le chemin qui conduit aux heures sombres de la manifestation/révélation des uns et des autres – de la même manière que pour une vierge folle, l’important n’est pas de se réveiller à l’heure H pour faire ce qu’elle aurait dû faire … avant de s’endormir. Voilà bien un réveil qui ne servira à rien ! Pour la marque de la Bête, le principe est le même.

La vision développée ici propose de laisser momentanément de côté toutes les théories connectées sur le visible, tout ce qui est développé en relation avec l’informatique, la biométrie, le gouvernement mondial, l’électronique, pour tourner les regards vers l’invisible. Il ne s’agit pas d’opposer ces choses, mais de rechercher premièrement le royaume de Dieu, et la vision offerte par les considérations issues du royaume de Dieu.

Dès lors, il ne devient plus vraiment nécessaire d’imaginer un tableau de la fin des temps avec les uns et les autres marqués visiblement comme du bétail, cherchant « simplement » (ou se préparant) à échapper à un marquage cutané, ou au port d’un signe distinctif. Parce que chacun sera d’abord considéré sous un angle spirituel, et que ce sont les anges qui font ce travail de distinction. Chacun ne sera-t-il pas différencié avec évidence premièrement par ses oeuvres [11] ? Et les oeuvres de chacun ne sont-elles pas la traduction des pensées et des des choix de volonté ? C’est donc aujourd’hui qu’il importe d’écrire les pages de notre livre, qui sera ouvert dans les cieux.
Encore une fois : les oeuvres de chacun, les fruits de leurs convictions et les conséquences de leur appartenance à un royaume (système) ou à un autre, les distingueront avec certitude [12] .

Une illustration : le front du sacrificateur
C’est sur son front que le sacrificateur portait une lame d’or sur laquelle était gravé : « sainteté à l’Eternel » (Exode 28:37). C’était une marque extérieure qui préfigurait celle d’Apocalypse 7/3, et de tous les sacrificateurs (lire 1 Pierre 2/5 à 10 et Apocalypse 5/9-10). Sa pensée devait être réservée, consacrée, mise à part, occupée par le Seigneur, comme le premier commandement l’ordonne à tout homme : «tu aimeras l’Eternel de TOUT ton coeur, de TOUTE ta force et de TOUTE ta pensée » (Deutéronome 6/5). Ainsi, nous trouvons déjà la notion d’appartenance [13], en filigrane de la Loi, dans son premier article : les hommes dont la pensée est marquée, occupée par la Parole de Dieu, par l’Esprit de Dieu, commencent déjà à être gardés de la menace de la marque de la Bête, et d’être gardés de faire partie des fils de la désobéissance. Dieu veut des fontaines scellées [14], Il se cherche une Épouse qui se réservera et se préparera.

Et cela concerne l’ensemble de ceux pour lesquels Christ a donné Sa vie : TOUS sont appelés à cette vocation, cette destinée, mais peu seront élus [15] (peu accepteront tous les termes de cet appel, notamment celui de mourir à soi-même) et tous cependant sont invités à revêtir les marques d’appartenance à l’Eternel, comme l’Ancien Testament le préfigurait au travers de certaines prescriptions adressées à l’ensemble du peuple de Dieu :

« Et cela te sera un signe sur ta main, et un mémorial entre tes yeux (le front), (la mise en pratique de la pâque) afin que la loi de l’Eternel soit en ta bouche, car l’Eternel t’a fait sortir d’Egypte à main forte (Exode 13:9)».

« Et ce sera un signe sur ta main et un fronteau entre tes yeux, car à main forte l’Eternel nous a fait sortir d’Egypte » (Exode 13:16).

« et tu les lieras (les commandements de la loi) comme un signe sur ta main, et elles te seront pour fronteau entre les yeux » (Deutéronome 6:8)

Nous voyons donc que depuis toujours, Dieu s’occupe de « la main » et « du front » de ceux qu’Il aime, afin que Ses signes y soient établis, et non pas les signes de l’ennemi (ou de l’Homme, de l’humanisme), attestant ainsi que nous acceptons librement Sa Seigneurie, Sa souveraineté, Son gouvernement, Son autorité. Ce qu’un homme sème, il le récoltera.

EMPLACEMENT DES SIGNES : LA MAIN DROITE
Dans la Bible, la main droite est la main qui agit et qui bénit (Genèse 48), qui transmet la meilleure bénédiction. Lors de son onction, le sacrificateur voyait tout son côté droit sanctifié : le lobe de son oreille, le pouce de sa main droite, de son pied droit (Exode 29/20). L’oreille pour l’écoute, le pouce pour l’action, l’orteil pour la marche : c’était une illustration de la sanctification de son action et de son énergie. L’aspersion du sang du sacrifice devant l’Eternel devait se faire très précisément avec le doigt de la main droite (Lévitique 14/16). La droite représente la force, le pouvoir, la puissance et l’autorité :

« La droite de l’Eternel est haut élevée, la droite de l’Eternel agit puissamment » (Psaumes 118:16).

« Ma main aussi a fondé la terre, et ma droite a étendu les cieux; moi je les appelle: ils se tiennent là ensemble » (Ésaïe 48:13).

Les actions du Seigneur Lui-même nous sont présentées dans cette même idée, et la Parole de Dieu est très précise :

« et il avait dans sa main droite sept étoiles; et de sa bouche sortait une épée aiguë à deux tranchants; et son visage, comme le soleil [quand il] luit dans sa force » (Apoc 1:16).

« Et il vint et prit [le livre] de la main droite de celui qui était assis sur le trône » ((Apoc 5:7).

La main droite est le moyen d’agir, et pour nous, le moyen d’agir pour la justice, pour Dieu.

LE SENS DES SIGNES
Connaître l’importance pour Dieu des réalités cachées, nous gardera de tomber trop facilement dans le mirage des apparences. L’enfant de Dieu doit comprendre que ses pensées, ses raisonnements, et ses oeuvres sont destinées à porter le sceau du Saint-Esprit. Nos fronts et nos mains droites doivent dès aujourd’hui porter – et entretenir – la marque du Saint-Esprit. Ces « emplacements » représentent également « le vouloir et le faire » (Philippiens 2:13) que Dieu opère en ses enfants, infusant en eux Sa volonté et Sa force, par Son Esprit, d’une manière conditionnelle : c’est-à-dire dans la mesure où nous répondons à l’aspiration de demeurer en Lui (Jean 15, 1 Jean 2/28), où nous nous employons, toujours par Son Esprit, à marcher non par la chair de l’homme, la volonté de l’homme ou la force de l’homme, mais par l’Esprit (Galates 5/16). Porter « les marques du Seigneur » est le seul moyen d’échapper à celles de la bête …

« Désormais que personne ne vienne me troubler, car moi je porte en mon corps les marques du Seigneur Jésus » (Galates 6:17).

LA VRAIE CIRCONCISION EST UNE MARQUE INVISIBLE
Marque prophétique d’abord donnée comme extérieure, la circoncision s’est vue dépossédée de toute valeur lorsqu’elle n’a plus reflété de réalité spirituelle. Car à ceux qui se confient dans la circoncision pour faire partie du peuple de Dieu, la Parole de Dieu dit :

« Le juif, ce n’est pas celui qui en a les apparences ; et la vraie circoncision, ce n’est pas celle qui est visible dans la chair. Mais le juif, c’est celui qui l’est intérieurement ; et la vraie circoncision, c’est celle du coeur, selon l’Esprit et non selon la lettre» (Romains 2/28-29).

« Circoncisez donc votre coeur, et ne raidissez plus votre cou » (Deutéronome 10/16).

« Circoncisez-vous pour l’Eternel, et ôtez le prépuce de vos coeurs, hommes de Juda, et habitants de Jérusalem, de peur que ma fureur ne sorte comme un feu et ne brûle, sans qu’il y ait personne pour l’éteindre, à cause de l’iniquité de vos actions » (Jérémie 4:4).

Les hommes finissent toujours par attribuer une importance excessive au signe, parce que se confier dans un signe est plus rassurant, plus simple et moins coûteux que de se confier dans l’Eternel, de chercher sa face, pour recevoir une pensée vivante et personnelle. À mesure que la religion (dans le sens péjoratif du terme) se remplit de signes, de rites, nous voyons le culte du pratiquant s’étoffer, « s’enrichir », mais son coeur s’éloigner du coeur de Dieu.

LES MARQUES VISIBLES D’UN VRAI ET D’UN FAUX CHRISTIANISME

Il est incontestable que l’appartenance au peuple de Dieu, en tant que communauté (une église, un groupe, une dénomination), n’est absolument pas un critère de Salut, de même que la pratique de formes extérieures et cultuelles conforme aux Écritures n’entraîne pas automatiquement l’assentiment divin.

« Et le Seigneur dit: Parce ce que peuple s’approche de moi de sa bouche, et qu’ils m’honorent de leurs lèvres, et que leur coeur est éloigné de moi, et que leur crainte de moi est un commandement d’hommes enseigné » (Ésaïe 29:13)

Echapper au faux christianisme, c’est non seulement se convertir (c’est l’exigence qui est posée à l’égard du monde des perdus [16]), c’est-à-dire la reconnaissance du sacrifice de Christ et la valeur éternelle de la réconciliation avec Dieu par la croix, mais également, pour le peuple de Dieu, la reconnaissance de la seigneurie de Son Christ, la communion de ses souffrances [17], l’union avec Lui, à laquelle le corps de Christ est invité à se préparer chaque jour (Apocalypse 19/7 et Luc 9/23).

Ceux qui appartiennent à Jésus se distinguent inévitablement par des signes extérieurs, qui sont la traduction de leur signe intérieur (un coeur qui appartient à Christ, qui est circoncis, une fontaine scellée) : ils se reconnaissent à leurs fruits. Leur marque extérieure est le reflet de leur marque intérieure. En définitive, la marque visible est tout simplement LA PREUVE d’une réalité invisible, établie, (tout comme le voile, pour la femme à laquelle s’adresse l’épître aux Corinthiens), est la preuve extérieure de son acceptation de l’autorité (1 Cor. 11/10).

Dans les derniers temps, l’Esprit de Dieu a annoncé par la bouche de Paul que les hommes auraient l’apparence de la piété mais qu’ils en auraient renié la force (2 Timothée 3/2 et 5). Nous trouvons encore cette équation composée de visible, et d’invisible, d’un témoignage semble-t-il conforme, mais sans vie, sans réalité, sans force. On prie encore, on adore encore, on prêche encore, mais la substance originelle a disparu. Qu’est ce qui caractérise la force de la piété ? C’est la croix, et le fait de suivre Jésus dans son rejet (notes 17 et 21), ses souffrances.

De quelles souffrances ? Sans chercher à ériger la vie de sacrifices de l’apôtre Paul en but à atteindre, et en nous gardant des pièges du mysticisme, nous pouvons dire cependant que les bases élémentaires de la vie d’un disciple de Christ seront inévitablement constituées de discipline [18]. C’est-à-dire de contraintes acceptées et de renoncements volontaires. Cela signifie que les combats entre la chair et l’Esprit [19] occasionneront des difficultés qui ne seront pas connues – qui ne peuvent pas l’être – par ceux qui n’adhèrent à la vérité que par des postures intellectuelles. Que le fait de se souvenir de Jésus-Christ [20], de s’employer à porter sa croix chaque jour constitue une forme de souffrance librement consentie, et choisie, parce que comprise. Cela entraînera le disciple, dans certaines circonstances de la vie quotidienne, à porter sur lui les marques invisibles mais évidentes de l’opprobre de Christ [21], communiant ainsi également d’une autre manière avec les souffrances du Roi rejeté et couronné d’épines.

COMMENT VIENT LA MARQUE DE LA BETE

« Et elle fait qu’à tous, petits et grands, et riches et pauvres, et libres et esclaves, on leur donne une marque sur leur main droite ou sur leur front; et que personne ne peut acheter ou vendre, sinon celui qui a la marque, le nom de la bête, OU le nombre de son nom » (Apocalypse 13:16.

Nous supposons habituellement que ce que Jean a vu correspond au déclenchement d’une action finale de la stratégie de perdition de satan à l’égard de l’humanité (2 Thessaloniciens 2/3) et que la marque de la Bête ne fait partie que d’un futur extrêmement proche de la fin.
En fait, cette définition que beaucoup de chrétiens entretiennent plus ou moins consciemment est une interprétation dangereuse, qui couvre d’un voile de mensonge la nécessité pour chacun de nous de résister, DÈS AUJOURD’HUI, à ce qui conduit à l’inscription de cette marque spirituelle sur notre vie.

Certains chrétiens pensent, en attendant une manifestation visible, un plan mondial, un complot de marquage au grand jour : « il suffira que je refuse de me faire marquer, et tout ira bien ». Mais le processus de marque spirituelle et invisible est progressif ; l’établissement de la marque en est l’aboutissement.

La « marque » vient donc graduellement. Comme une esquisse se transforme en un tableau, elle se dessine dans notre vie, et ce sont nos pensées et nos actes, portant le sceau du Saint-Esprit, dès aujourd’hui, qui pourront empêcher logiquement le marquage spirituel de l’appartenance au royaume (système) de satan. Ces choses nous sont dites depuis le début dans la sagesse des Écritures, et elles prendront bientôt TOUT leur sens : nous ne pouvons pas servir deux maîtres [22], nous ne pouvons pas être amis du monde tout en étant amis de Dieu [23], car nos affections nous constituent des ennemis de la pensée et des valeurs de Dieu ; nous ne pouvons pas avoir communion en même temps avec la lumière et les ténèbres [24], nous ne pouvons boire à la coupe du Seigneur et à la coupe de démons [25].

L’heure de la moisson sera l’heure de l’apparition des choses cachées, l’heure de la manifestation des « fils de Dieu [26]» ou des « fils du diable » [27], sachant qu’il ne s’agit pas là d’une semence physique, mais de ceux et celles qui suivent le Seigneur, ou qui suivent (dans le sens d’y adhérer, d’y participer) le système du monde et son Prince. C’est pourquoi la voix dit aujourd’hui : « Sortez … afin que vous ne participiez pas [28] … »

Qu’on ne s’y trompe pas : le sujet de la marque de la Bête, (comme de l’avènement de l’antichrist) ne consiste pas pour nous à chercher à éviter le pire à venir (là réside une partie de la séduction), mais bien un avertissement à marcher avec le Seigneur dès à présent. Nous sommes encore dans le temps où il est toujours possible de nous positionner, et de tenir nos positions. Nous sommes dans le temps où les vierges se déterminent : folles ou sages, c’est-à-dire AVANT que vienne la nuit [29]. Ce n’est pas à la voix de l’ange qui annonce la venue de l’Époux que la sagesse et la folie seront installées, mais bien en amont.

Et PARCE QUE nous avons la Parole de Dieu, PARCE QUE nous avons l’Église, la communion, les messages et les avertissement prophétiques, notre propre responsabilité est complètement engagée dans l’issue. Le Saint-Esprit de Dieu est notre force, notre lumière, mais Son action sera vaine sans une adhésion de notre part, la mise en exercice de notre libre-arbitre, en un mot : sans que nous ne choisissions nous-même qui nous voulons servir [30].
L’inscription de la marque de la Bête est donc l’aboutissement d’un processus dans lequel l’homme est pleinement impliqué, et particulièrement le chrétien. Car il ne devrait rien y avoir d’étonnant à ce que le monde – séduit et soumis aux principes du monde – reçoive la marque d’appartenance du monde et de son chef [31]. Mais nous sentons bien que le plus grave, c’est qu’une moisson se fera parmi ceux qui se nomment chrétiens (que nous appellerons « professants ») et qui pensent porter la marque de Christ et de Son Église [32], alors qu’ils sont nus [33].

Sur un plan pratique, nous pouvons seulement faire des conjectures sur l’état du monde au moment de la fin. Les chrétiens sont divisés sur l’enlèvement, la grande tribulation, et on cherche généralement à voir les choses à l’avance, pour tenter de les comprendre et ainsi anticiper les grands malheurs prophétisés. Ce qui est certain, c’est que la Bête sera le corps du diable, de la même manière que la véritable Église fidèle et consacrée sera le corps de Christ. La Bête aura une image, une bouche qui dira des blaphèmes, un prophète-penseur qui séduira les nations et on leur attribuera des signes et des prodiges mensongers.
Comment intégrer ces indications prophétiques dans notre réalité politique, sociale, économique, religieuse ? C’est la grande difficulté. Ce que nous pouvons concevoir sans beaucoup de risques, c’est que l’action « d’acheter et de vendre » est à un moment donné liée à la marque de la Bête, et à la dimension économique de ce système. On esquissera un début de réponse sur cette question au paragraphe suivant : « le nombre de son nom ».

LE NOMBRE DE SON NOM
La marque de la Bête, c’est un nombre d’homme. La plupart des lectures superficielles font ressortir que la Bête est d’origine diabolique, mais elle est éminemment humaine. C’est l’absence de Dieu, son rejet, qui permet au diable d’y exercer son influence, pour finir par la contrôler et de faire d’elle son instrument. Le livre de Daniel nous montre que les Bêtes sont des royaumes, des empires, en un mot : des systèmes humains dont l’objet final est le gouvernement, la domination, le contrôle, la puissance et l’élévation. Au faîte de cet édifice se trouve un pouvoir central, exercé par des hommes, avec à sa tête, un homme. Un prince, un roi, un puissant. Ce système est une tour qui s’élève au-dessus de ce qui est terrestre, en sublimant le pouvoir terrestre. Babel était donc la première Bête, l’ombre des choses à venir, probablement la préfiguration initiale de la Bête finale.

La marque de la bête, c’est son nom, et son nom est représenté par une valeur numérique : 666.
Ce qui caractérise cette puissance, c’est son action antichrist. Dans le texte grec, le nombre s’écrit : 600, 60, 6.
Trois grands domaines sont touchés par l’étendue de l’influence de l’esprit antichrist, et c’est lorsque son influence se répand partout que son hégémonie, son pouvoir, son autorité est pleinement établie, et sa marque apposée : ces trois domaines sont la création, le monde des hommes et la représentation terrestre de Dieu.

La création
Dans les derniers temps, satan développe une action de plus en plus visible dans le monde entier. Mais nous savons que l’esprit du monde a toujours été sous le contrôle du diable, bien avant qu’il soit précipité sur la terre [34]. A mesure que la fin approche, que la manifestation du faux christ et de la bête approche, c’est le monde entier qui entre dans des douleurs d’enfantement, dans la souffrance et dans l’angoisse [35]. La terre est touchée, les mers, les rivières, la vie animale, l’air : la création toute entière[36] trébuche comme si une maladie mortelle s’était emparée de tous ces domaines en même temps, faisant progresser en elle un mal incurable [37]. L’Apocalypse nous montre le déversement de coupes décidées par Dieu, et en même temps, nous comprenons que les puissances de méchanceté[38] sont directement impliquées dans les malheurs des temps de la fin [39], qui sont eux aussi l’aboutissement d’un long processus qui a débuté dès le commencement, dès la chute. La lecture d’une fin apocalyptique, au sein de laquelle tous les malheurs se déclenchent en même temps, dans les dernières heures de l’histoire du monde, fait abstraction de cette notion de croissance du mal jusqu’à son apogée et incline à attendre que les choses deviennent graves avant de réagir. Cette attitude ne peut que desservir le peuple de Dieu et préparer une importante moisson pour l’ennemi.

Le monde des hommes
Puis c’est la société des hommes, les politiques, les économies qui sont graduellement gagnées et liées comme une immense gerbe d’injustices, d’iniquités de plus en plus inattendues et, curieusement, de mieux en mieux acceptées. C’est principalement par ce moyen (l’économie) que les sociétés sont amenées là où la dernière bataille sera livrée. A l’intérieur des systèmes, et alors que nous aurions été en droit (après 2000 ans de christianisme) d’attendre l’épanouissement des principes d’équité, de démocratie, de justice sociale, de protection de la vie, nous constatons – sans qu’aucun gouvernement ne parvienne à s’y opposer – que les inégalités se creusent, que les richesses se concentrent entre les mains d’un petit nombre, que nous avons les moyens de nourrir 12 milliards d’individus (il y en a 6 milliards aujourd’hui), alors que plus de 700 millions souffrent de dénutrition, et que près de 10 millions meurent de faim chaque année. Le volet qui répertorie les injustices du monde est en train de parvenir à son comble (voir appendice à venir).

L’Église
Le monde des hommes est atteint, mais qu’en est-il du témoignage du christianisme et de l’Église de Jésus-Christ quant aux événements de la fin des temps ? Est-elle consciente de ce qui se passe ? A-t-elle pris position pour veiller sur les lignes de démarcations de la justice et de l’injustice ? Est-elle debout dans la Vérité pour marcher comme Son Maître a marché ?

Il semble bien que la pression soit exercée de plus en plus sur la représentation terrestre du royaume de Dieu, par toutes sortes de moyens, afin d’entraîner le témoignage personnel et le témoignage collectif dans des zones de contemplation davantage que d’action, dans des combats illusoires plutôt que dans la vraie guerre contre le péché, et le mensonge. La multiplication et l’intensité des actions spirituelles qui sont menées contre l’Église, dans la préparation des temps de la fin, font qu’en une seule génération, peut-être deux, son identité, son visage, son caractère, son influence, son impact seront radicalement changés. Lorsque la génération des hommes de Dieu qui auront connu le réveil de Pentecôte sera passée complètement, un pas sera franchi vers une forme de libération de l’apostasie, qui consistera à justifier plusieurs formes de libéralismes coupables.
Vraisemblablement, c’est cette seconde génération post-Pentecôte qui recevra de plein fouet la vague de séduction. Dans Sa grâce, Dieu dit que les temps les plus difficiles seront abrégés [40].
Précisons que jusqu’à la fin, les écluses du Réveil sont pleines et ne demandent qu’à être déversées.

L’Église est le lieu saint de la terre, elle est le temple du Saint-Esprit, constitué de pierres vivantes [41], assemblées par le ciment de l’amour de Dieu [42]. Le lieu saint est – dans le coeur de Dieu – un lieu de séparation, une enclave de la Grâce et du Salut dans un monde perdu, une maison de lumière au milieu des ténèbres[43], une ambassade du Ciel. Il est donc naturel que l’ennemi travaille à ce que l’Église ne soit plus vraiment séparée de rien, qu’elle travaille davantage avec les moyens du monde [44] et de son temps qu’avec les moyens du Saint-Esprit, qu’elle vive comme le monde, au même rythme que lui, qu’elle thésorise[45] comme si elle était du monde [46], et s’établisse comme si elle allait rester dans le monde [47], qu’elle chante comme le monde en adoptant dans son service spirituel les mêmes hymnes que ceux qui sont apportés aux idoles et aux démons [48].

Si l’injustice parvient à se glisser dans l’Église, à s’y faire une place, et que cette injustice à l’égard de la gloire de Dieu et du sang de Jésus soit la conséquence de choix individuels conscients et d’options collectives concertées, entraînant une co-responsabilité dans la ruine, la perte, la mort d’autres hommes, alors nous pourrons parler d’iniquité installée dans le lieu saint (la Bible emploie le mot iniquité pour décrire une très grande injustice) et de complicité passive avec le destructeur [49].

« Quand donc vous verrez l’abomination de la désolation, dont il a été parlé par Daniel le prophète, établie dans [le] lieu saint (que celui qui lit comprenne) » (Matthieu 24:15)

Le prophète Daniel parle de deux catégories de personnes précises, qui sont mises en présence de la puissance de celui qu’on décrit comme étant l’antichrist : « ceux qui abandonnent la sainte alliance » et « le peuple qui connaît son Dieu sera fort et agira » (Daniel 11/31 et 32). Ces paroles s’adressent aussi, à leur niveau, au peuple de Dieu d’aujourd’hui : une Église professante et une Église vivante, des hommes qui auront « l’apparence de la piété » et d’autres qui auront « gardé la Parole de Dieu »[50], et demeureront fidèle à l’alliance du sang de l’Agneau [51]. C’est-à-dire le contraire d’un christianisme humaniste et tiède.

LE PEUPLE QUI CONNAÎT SON DIEU SERA FORT ET AGIRA

Daniel 11:32
Et, par de douces paroles, il entraînera à l’impiété ceux qui agissent méchamment à l’égard de l’alliance; mais le peuple qui connaît son Dieu sera fort et agira.

Connaître vraiment son Dieu, c’est en même temps être connu de Lui. C’est exactement l’inverse qui survient dans la vie des chrétiens professants, qui évoluent dans les formes extérieures de la foi et de la connaissance de Dieu :
-les vierges folles (Matthieu 25/12),
-ceux qui ont fréquenté sa présence, écouté ses enseignements (Luc 13/25),
-certains de ceux qui auront prophétisé, chassé des démons et fait des miracles en Son Nom (Matthieu 7/23).

Le sens de verbe hébreu « connaître » (YDH) va plus loin qu’une découverte intellectuelle, pour associer et intégrer la personne dans son ensemble (esprit, âme, corps).

La connaissance de Dieu est indissociable de la fréquentation de la personne divine, de la confiance active, de la recherche de la communion et du conseil de l’Eternel. C’est ce qui manquera justement aux vierges folles, et que les sages possèderont, parce qu’elles auront « acheté » (payé le prix personnel), ne pouvant partager ce qu’elles ont acquis car la connaissance du coeur de Dieu issue des expériences du chemin est devenu un trésor personnel, impossible à transmettre. Une relation s’est tissée qui n’appartient qu’aux deux parties en présence, c’est sans doute la raison pour laquelle certaines personnes, même dans le ciel, ne parviennent pas à apprendre les paroles du cantique de l’Agneau [52] : car ce sera réservé à ceux qui Le connaissent intimement, parce qu’un amour mutuel est né, et que le prix de son investissement en a été accepté.

Le peuple qui connaît son Dieu sera fort parce qu’il n’a pas renié la force de la piété, et il agira, pour SORTIR de tout ce dont il faudra sortir, de tout ce dont il faut s’extraire, parce que sa main droite n’est pas paralysée, et parce qu’il n’a pas reçu un esprit de timidité (main droite et front).

Le Sarment/Jérôme Prekel/avril 2009

—————————-
NOTES
INTRODUCTION
[1]« Car celui-là n’est pas Juif qui l’est au dehors, et celle-là n’est pas la circoncision qui l’est au dehors dans la chair » (Romains 2:28)
[2]« Ce ne sont pas tous ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur, qui entreront dans le royaume des cieux; mais celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux » (Matthieu 7:21).
« Ensuite viennent aussi les autres vierges, disant: Seigneur, Seigneur, ouvre-nous! Mais lui, répondant, dit: En vérité, je vous dis: je ne vous connais pas ». (Matthieu 25:11)
« Ainsi les derniers seront les premiers, et les premiers les derniers» (Matthieu 20:16).
[3] RFID : venant de l’anglais Radio Frequency IDentification (usuellement abrégé RFID), est une méthode pour stocker et récupérer des données à distance au moyen de radio-étiquettes (petits objets qui peuvent être collés ou incorporés dans des objets ou produits. Les radio-étiquettes comprennent une antenne associée à une puce électronique qui leur permettent de recevoir et de répondre aux requêtes radio émises depuis l’émetteur-récepteur. Ces puces électroniques contiennent un identifiant et éventuellement des données complémentaires. Cette technologie d’identification peut être utilisée pour identifier les objets comme avec un code à barres (on parle alors d’étiquette électronique), ou les personnes (en étant intégrée dans les passeports, carte de transport, carte de paiement, voire en étant implantée, comme c’est déjà le cas pour les animaux).

EXAMEN DES PASSAGES BIBLIQUES
[4] Dans le livre de Daniel (7/23) les bêtes sont clairement des royaumes. Dans le livre de l’Apocalypse la bête de la fin est une adaptation moderne du concept de royaume, c’est-à-dire un système (politique, militaire, économique, religieux). C’est le fait de lui appartenir qui équivaut donc à porter sa marque.

INTERPRETATION DE « L’ESPRIT » DES CHOSES
[5] « Même un jeune garçon se fait connaître par ses actions, si sa conduite et pure et si elle est droite » (Proverbes 20:11).
« Faites l’arbre bon et son fruit bon, ou faites l’arbre mauvais et son fruit mauvais, car l’arbre est connu par son fruit » (Mat12:33).
« Produisez donc du fruit qui convienne à la repentance » (Matthieu 3:8)
« Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi par l’Esprit » (Galates 5:25).

EMPLACEMENT DES SIGNES : LE FRONT
[6] « Et étant arrivés au lieu appelé Golgotha, ce qui signifie lieu du crâne » (Matthieu 27:33)
[7] « ayant effacé l’obligation qui était contre nous, [laquelle consistait] en ordonnances [et] qui nous était contraire, et il l’a ôtée en la clouant à la croix » (Colossiens 2:14)
[8] Comme l’apôtre Paul : « Paul, esclave de Jésus Christ, apôtre appelé, mis à part pour l’évangile de Dieu » (Romains 1:1)
[9] « Car tous ceux qui sont conduits par [l’] Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu » (Romains 8:14).
[10] « en qui vous aussi [vous avez espéré], ayant entendu la parole de la vérité, l’évangile de votre salut; auquel aussi ayant cru, vous avez été scellés du Saint Esprit de la promesse » (Éphésiens 1:13)
« Et n’attristez pas le Saint Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption » (Éphésiens 4:30).
[11] « et il séparera les uns d’avec les autres, comme un berger sépare les brebis d’avec les chèvres » (Matthieu 25:32)
[12] « Il en sera de même à la consommation du siècle: les anges sortiront, et sépareront les méchants du milieu des justes » (Matt.13:49)
[13] « Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous, et que vous avez de Dieu? Et vous n’êtes pas à vous mêmes; car vous avez été achetés à prix » (1 Corinthiens 6:19).
[14] « [Tu es] un jardin clos, ma soeur, [ma] fiancée, une source fermée, une fontaine scellée » (Cantique des cantiques 4:12).
[15] « Ainsi les derniers seront les premiers, et les premiers les derniers, car il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus » (Matthieu 20:16).

LES MARQUES VISIBLES D’UN VRAI ET D’UN FAUX CHRISTIANISME
[16] « Dieu donc, ayant passé par-dessus les temps de l’ignorance, ordonne maintenant aux hommes que tous, en tous lieux, ils se repentent » (Actes 17:30)
« il nous a donné les très-grandes et précieuses promesses, afin que par elles vous participiez de la nature divine, ayant échappé à la corruption qui est dans le monde par la convoitise » (2 Pierre 1:4)
« Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, ne leur imputant pas leurs fautes et mettant en nous la parole de la réconciliation » (2 Corinthiens 5:19).
[17] « et si [nous sommes] enfants, [nous sommes] aussi héritiers; héritiers de Dieu, cohéritiers de Christ; si du moins nous souffrons avec lui, afin que nous soyons aussi glorifiés avec lui » (Romains 8:17).
« si nous souffrons, nous régnerons aussi avec lui; si nous le renions, lui aussi nous reniera » (2 Timothée 2:12)
[18] « Or aucune discipline, pour le présent, ne semble être [un sujet] de joie, mais de tristesse; mais plus tard, elle rend le fruit paisible de la justice à ceux qui sont exercés par elle » (Hébreux 12:11).
[19] « Veillez et priez, afin que vous n’entriez pas en tentation; l’esprit est prompt, mais la chair est faible » (Matthieu 26:41).
« Car la chair convoite contre l’Esprit, et l’Esprit contre la chair; et ces choses sont opposées l’une à l’autre, afin que vous ne pratiquiez pas les choses que vous voudriez » (Galates 5:17).
[20] « Souviens-toi de Jésus Christ, ressuscité d’entre les morts, de la semence de David, selon mon évangile » (2 Timothée 2:8)
[21] « Ainsi donc, sortons vers lui hors du camp, portant son opprobre » (Hébreux 13:13)

COMMENT VIENT LA MARQUE DE LA BETE
[22] « Nul ne peut servir deux maîtres; car, ou il haïra l’un et aimera l’autre, ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre: vous ne pouvez servir Dieu et Mammon » (Matthieu 6:24).
[23] « Adultères, ne savez-vous pas que l’amitié du monde est inimitié contre Dieu? Quiconque donc voudra être ami du monde, se constitue ennemi de Dieu » (Jacques 4:4).
[24] « quelle participation y a-t-il entre la justice et l’iniquité? ou quelle communion entre la lumière et les ténèbres? » (2 Corinthiens 6:14)
[25] « Vous ne pouvez boire la coupe du Seigneur et la coupe des démons; vous ne pouvez participer à la table du Seigneur et à la table des démons » (1 Corinthiens 10:21).
[26] « Car tous ceux qui sont conduits par [l’] Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu » (Romains 8:14).
« Car la vive attente de la création attend la révélation des fils de Dieu » (Romains 8:19).
[27] « Par ceci sont [rendus] manifestes les enfants de Dieu et les enfants du diable: quiconque ne pratique pas la justice n’est pas de Dieu, et celui qui n’aime pas son frère » (1 Jean 3:10).
[28] « Et j’entendis une autre voix venant du ciel, disant: Sortez du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez pas à ses péchés et que vous ne receviez pas de ses plaies » (Apocalypse 18:4)
[29] « Or, comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. Mais au milieu de la nuit il se fit un cri: Voici l’époux; sortez à sa rencontre » (Matthieu 25:5)
[30] « Et s’il est mauvais à vos yeux de servir l’Eternel, choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir, soit les dieux que vos pères qui étaient de l’autre côté du fleuve ont servis, soit les dieux de l’Amoréen, dans le pays duquel vous habitez. Mais moi et ma maison, nous servirons l’Eternel » (Josué 25:15).
[31] « Maintenant est le jugement de ce monde; maintenant le chef de ce monde sera jeté dehors » (Jean 12:31).
[32] « Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé en ton nom, et n’avons-nous pas chassé des démons en ton nom, et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles en ton nom? Et alors je leur déclarerai: Je ne vous ai jamais connus; retirez-vous de moi, vous qui pratiquez l’iniquité.» (Matthieu 7:22, 23)
[33] « Parce que tu dis: Je suis riche, et je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien; et que tu ne connais pas que, toi, tu es le malheureux et le misérable, et pauvre, et aveugle, et nu » (Apocalypse 3:17)

LE NOMBRE DE SON NOM
[34] « Et le diable lui dit: Je te donnerai toute cette autorité et la gloire de ces royaumes; car elle m’a été donnée, et je la donne à qui je veux » (Luc 4:6).
[35] « Car nous savons que toute la création ensemble soupire et est en travail jusqu’à maintenant » (Romains 8:22)
[36] « Parce que tu as gardé la parole de ma patience, moi aussi je te garderai de l’heure de l’épreuve qui va venir sur la terre habitée tout entière, pour éprouver ceux qui habitent sur la terre » (Apocalypse 3:10).
[37] « Nous savons que nous sommes de Dieu, et que le monde entier gît dans le méchant » (1 Jean 5:19).
[38] « car notre lutte n’est pas contre le sang et la chair, mais contre les principautés, contre les autorités, contre les dominateurs de ces ténèbres, contre la [puissance] spirituelle de méchanceté qui est dans les lieux célestes » (Éphésiens 6:12).
[39] « Malheur à la terre et à la mer, car le diable est descendu vers vous, étant en grande fureur, sachant qu’il a peu de temps » (Apocalypse 12:12).
[40] Matthieu 24:22 : « Et si ces jours là n’eussent été abrégés, nulle chair n’eût été sauvée; mais, à cause des élus, ces jours là seront abrégés ».
[41] « vous-mêmes aussi, comme des pierres vivantes, êtes édifiés une maison spirituelle, un sainte sacrificature, pour offrir des sacrifices spirituels, agréables à Dieu par Jésus Christ » (1 Pierre 2:5).
L’Église est le lieu saint de la terre [42] « tout le corps, bien ajusté et lié ensemble par chaque jointure du fournissement, produit, selon l’opération de chaque partie dans sa mesure, l’accroissement du corps pour l’édification de lui-même en amour » (Éphésiens 4:16).
[43] « Et Moïse étendit sa main vers les cieux: et il y eut d’épaisses ténèbres dans tout le pays d’Egypte, trois jours. On ne se voyait pas l’un l’autre, et nul ne se leva du lieu où il était pendant trois jours; mais par tous les fils d’Israël il y eut de la lumière dans leurs habitations » (Exode 10:22).
[44] « Et ne vous conformez pas à ce siècle; mais soyez transformés par le renouvellement de [votre] entendement, pour que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, bonne et agréable et parfaite » (Romains 12:2).
[45] Emploi de la monnaie à des fins de conservation, épargne (image moderne d’un talent enterré)
[46] « Est-ce le temps pour vous d’habiter dans vos maisons lambrissées, tandis que cette maison est dévastée? » (Aggée 1:4)
[47] « mais maintenant ils en désirent une meilleure, c’est-à-dire une céleste; c’est pourquoi Dieu n’a point honte d’eux, savoir d’être appelé leur Dieu, car il leur a préparé une cité » (Hébreux 11:16).
[48] « les choses que les nations sacrifient, elles les sacrifient à des démons et non pas à Dieu: or je ne veux pas que vous ayez communion avec les démons » (1 Corinthiens 10:20).
[49] « Celui-là aussi qui est lâche dans son ouvrage est frère du destructeur ».
[50] « Je connais tes oeuvres. Voici, j’ai mis devant toi une porte ouverte que personne ne peut fermer, car tu as peu de force, et tu as gardé ma parole, et tu n’as pas renié mon nom » (Apocalypse 3:8).
[51] « et eux l’ont vaincu à cause du sang de l’Agneau et à cause de la parole de leur témoignage; et ils n’ont pas aimé leur vie, [même] jusqu’à la mort » (Apocalypse 12:11).
[52] « et ils chantent un cantique nouveau devant le trône, et devant les quatre animaux et les anciens. Et personne ne pouvait apprendre le cantique, sinon les cent quarante-quatre milliers qui ont été achetés de la terre » (Apocalypse 14:3).

5 comments On La marque de la Bête

  • Dans la séquence grecque « 600-CHI, 60-KSI, 6-SIGMA » on s’est trop longtemps focalisé sur les nombres, au lieu de se focaliser sur les symboles grecs … qui donnent la clé de l’énigme. Lorsque Saint Jean indique qu’il faut de la sagesse, de l’intelligence (spirituelle) pour interpréter, c’est tout simplement …. parce qu’il n’avait pas compris lui-même (1) ce qu’il voyait comme un sigle ce qui était trois symboles arabes signifiant «bismi Allah» (Au nom d’Allah)! Trois symboles qu’il n’avait jamais vu et qu’il a tenté de traduire comme il le pouvait, en utilisant trois symboles … grecs!

    (1) et il ne pouvait tout simplement pas comprendre quelque chose qu’il n’avait jamais rencontré, avant d’avoir eu sa vision !

    Prendre la marque de la bête, dans le cadre d’une bête islamique (un califat), c’est accepter de proclamer la foi en l’islam , en proclamant Allah, le dieu des musulmans, à la place du vrai dieu. C’est exactement ce que vivent actuellement les chrétiens d’Irak et de Syrie, à qui on tente d’imposer la *marque de la bête* par la terreur! Deux choix s’offrent à eux : la conversion à l’islam (négation absolue du sauveur Yeshua) ou se faire égorger et mourir en martyr.

    Le Seigneur nous a averti que quiconque le reniera devant les hommes sera renié devant son Père. Apocalypse 13:15 et 20:4 sont très explicites : la soumission à la bête ou la mort.

    Amicalement,
    Élisa,

    • Bonjour Elisa
      Merci pour votre commentaire à cet article sur la «Marque de la Bête», qui plaide pour une interprétation très différente de la vôtre. Je publie votre contribution cependant, pour échanger avec vous.
      Même si certaines choses affreuses se passent en lien avec un certain islam, et même si cette religion peut être assimilée à une «Bête» dans le sens biblique du terme (parce que c’est devenu un système religieux, politique, économique et une idéologie multiformes), il est difficile voire impossible d’en faire «la» Bête de la fin. Sauf à recourir à quelques artifices pour que ça colle.

      On a toujours désigné l’ennemi public n°1 de chaque époque comme l’antichrist ou la Bête, depuis Néron jusqu’à Hitler. Aujourd’hui, c’est l’islam qui est dans le viseur de la foule, et qui cristallise toutes les peurs; la Bête est toute trouvée. Que les gens qui font le Mal soient le Mal, je ne vois là rien de bien mystérieux… C’est à la portée du premier venu. Ne pensez-vous pas que s’il suffisait d’éviter tout contact avec l’islam pour échapper à la marque de la Bête, ce serait un peu simple ? Est-ce qu’il n’y aurait pas un côté un peu lénifiant à une telle vision, qui permettrait aux chrétiens qui pataugent dans le consumérisme en chantant des cantiques le dimanche de se rendormir sur leurs deux oreilles ?

      Je crois qu’il ne faut pas que nous soyons aveugles à ce qui se passe dans notre époque, et le phénomène de l’islam en fait partie, mais si nous devenions de ces chrétiens qui veulent un monde duquel le méchant est éliminé, alors ce serait la preuve que l’amour de Dieu ne nous a pas changés. Car c’est la philosophie de l’homme naturel. Nous sommes appelés à surmonter le Mal par le Bien, et à aimer nos ennemis, à faire du Bien à ceux qui nous maudissent. C’est cela, le christianisme de Jésus et de Paul.
      Le contexte de la marque de la Bête intervient à une époque très précise de l’histoire de l’humanité — à la toute fin — où le déploiement de l’iniquité atteint une sorte de paroxysme, au point d’atteindre même le camp des saints au terme d’un processus qui a commencé dès le début du christianisme. Je crois que c’est là justement la raison de l’étonnement de l’apôtre Jean, qui ne pouvait imaginer la corruption et la prostitution spirituelle établie là. Dans cette perspective, la question centrale est spirituelle et interne au christianisme. Tout le reste est de toutes façons sous la puissance du malin (1 Jean 5/19).

    • Vous avez vu ça où ? Quelles sont vos sources, vos références …?
      Merci

  • Je pense avoir déjà tous les éléments pour vous répondre. Mais souffrez que je ne les communique que demain. Ce soir, je vais prier pour que le Saint-Esprit vous éclaire.

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Site Footer