«Le Royaume maintenant…», une dangereuse illusion ! par JM Thobois

«Kingdom Now» («le Royaume Maintenant») est une doctrine qui nous vient d’Outre- Atlantique et qui est en train de se répandre comme une traînée de poudre dans les milieux évangéliques francophones.

L’épicentre de ce phénomène se trouve à l’église Bethel en Californie, une méga-église de plusieurs milliers de membres, dirigée par le pasteur Bill Johnson.

Selon cette doctrine, appelée aussi «dominationisme», avant le retour de Jésus, Dieu va susciter un réveil d’une puissance inégalée qui envahira le monde entier. Dans les années à avenir, un milliard d’êtres humains vont se convertir et Dieu rétablira les ministères d’apôtres semblables aux douze qui auront, comme eux, le même pouvoir décisionnaire et ne pourront donc pas être contestés. À côté d’eux se lèvera un ensemble de «super chrétiens» revêtus de dons surnaturels extraordinaires qui auront été récupérés par eux sur les tenants du Nouvel Âge qui les ont volés à l’église… Il s’agira donc des mêmes techniques, mais utilisées cette fois pour la gloire de Dieu. En outre, Dieu va donner les leviers du pouvoir politique, économique, culturel, etc. à cette catégorie de «super chrétiens» qui vont ainsi dominer le monde et en faire un paradis terrestre; et quand cela sera réalisé, le Royaume de Dieu sera présent. Il suffira simplement d’inviter Jésus à venir prendre possession de ce royaume après qu’on lui en ai remis les clés.

Comme de grandes organisations qui l’ont précédée, l’église de Bethel prône le dominationisme : il faut que les chrétiens prennent le contrôle de «sept montagnes», c’est-à-dire sept sphères de la société, soit : la religion, La famille, l’enseignement, les gouvernements, les médias, l’art et les divertissements, l’économie.

Pour arriver à de pareilles conclusions, Bill Johnson n’hésite pas à rejeter l’étude de la Bible… D’ailleurs pour lui, le Saint-Esprit est supérieur à la Bible et va apporter dans ce temps de nouvelles révélations.

Des chrétiens ayant une onction particulière conduiront ce mouvement qui sera marqué par une profusion de signes et de prodiges plus grands que ce que Jésus a réalisé. Bill Johnson de Redding en Californie a exposé ses idées dans un livre intitulé : « Quand le ciel envahit la terre ». Selon lui, va surgir une nouvelle génération : « la génération Elie ».

Cette génération va apporter sécurité et prospérité au monde. Ces gens-là seront comme Jésus quand il était sur la terre et qu’il avait, selon Bill Johnson «perdu sa divinité» : il n’était qu’un homme ordinaire, mais doté de pouvoirs extraordinaires communiqués par le Saint-Esprit comme le sera la génération Elie.

Or, Jésus n’a jamais perdu sa divinité, même dans l’incarnation. Il est Dieu éternellement ou il ne l’est pas !

Bill Johnson cite à l’appui de sa thèse le verset des Philippiens : « Il s’est dépouillé lui-même en prenant la forme d’un serviteur ayant paru comme un simple homme et devenant semblable aux hommes ». Ce texte signifie seulement que Jésus s’est dépouillé de ses attributs divins et non pas de sa nature divine; celle-ci était simplement cachée sous sa nature humaine, mais même « semblable aux hommes », il continue d’être pleinement Dieu.

On le voit, il s’agit bien d’une variante du « post-millénarisme » selon laquelle, Jésus reviendra après le millénium.

Déjà les premières manifestations de ce réveil seraient visibles, notamment en Californie.

On peut néanmoins s’interroger : ce soi-disant réveil ne serait-il pas plutôt l’apostasie de la fin des temps?

Pour la première fois, la Bible est mise en question, soi-disant au profit du Saint Esprit. Or, cette Bible — qui est contestée parce que « la lettre tue, mais l’Esprit vivifie » — nous annonce pour la fin des temps des signes et des prodiges mensongers.

Ils le seront automatiquement s’ils ne sont pas conformes à la Bible. Or, tous les signes de Bethel Church pointent dans la même direction : vers un faux message, le dominationisme.

Il s’agit de reprendre à Satan le contrôle de la terre, lui reprendre le butin qu’il a ravi à l’Église. Ce qui existe dans le ciel doit être libéré sur la terre maintenant, d’où le titre du livre de Bill Johnson « Quand le ciel envahit la terre ».

Or, pour l’auteur, un obstacle se dresse contre la venue de ce réveil : c’est que de trop nombreux chrétiens attendent le retour de Jésus-Christ au lieu de se concentrer sur la « grande commission »[1]. Il faut donc une nouvelle réforme apostolique. Cet enseignement est antibiblique ; jamais Jésus n’a confié à ses disciples le soin de dominer la terre avant son retour, c’est lui qui le fera lors de la Parousie et le Royaume est encore à venir. Pour l’heure, tout ce que nous pouvons faire, c’est de donner des signes du Royaume qui vient !

Il est vrai que Bill Johnson fait peu de cas de l’autorité de la parole de Dieu. Pour lui, la Bible est incomplète et doit être complétée par les nouvelles révélations aux apôtres du mouvement. Ceci est typiquement la démarche de toutes les sectes qui font fi de l’avertissement donné par l’Apocalypse « à ceux qui ajoutent quelque chose au contenu de ce livre».

D’autre part, sans le recommander formellement, le mouvement de Bethel tolère le «Grave suckling », c’est-à-dire le fait d’aller s’allonger sur les tombes des grands hommes de Dieu décédés pour en récupérer l’onction.

Or, ceci rejoint le spiritisme. Dieu, en effet, condamne sans appel toute tentative d’entrer en contact avec le monde des défunts (ces choses sont dénoncées dans une vidéo ici, et un article ici).

Opposer l’Écriture et l’Esprit est une hérésie majeure. Le texte que cite Bill Johnson « la lettre tue, mais l’Esprit vivifie » ne signifie nullement que l’étude de la Bible est néfaste, mais que pour être utile, elle doit être vivifiée par le Saint-Esprit qui ne peut apporter la moindre révélation qui contredise ce qu’Il a lui-même révélé dans l’Écriture. Tout au plus, le Saint-Esprit apportera-t-il de nouvelles lumières sur le texte biblique. Le dominationisme, c’est-à-dire la prise de contrôle des leviers de pouvoir par l’Église, est éminemment dangereux. Trois exemples peuvent être invoqués à cet égard :

– le constantinisme, quand l’empereur romain[2] s’est « converti » au christianisme et qu’il a « christianisé » l’empire. En fait de christianisation, c’est le christianisme qui a été paganisé. Cela aboutit au « césaro-papisme »[3], l’alliance du sabre et du goupillon où, pour pouvoir gagner, l’Église a été obligée de se soumettre à toutes sortes de compromis qui ont fini par la déconsidérer. Contrairement aux catholiques et aux protestants, les églises évangéliques n’ont jamais été « églises d’État »; cela leur manque et elles en rêvent.

– L’épisode du moine Florentin Savonarole[4], qui, après avoir dénoncé les crimes des Médicis, obtint des responsables de la ville de Florence d’organiser la cité selon les principes bibliques. Petit à petit, il en vint à créer une véritable police des mœurs et de la pensée, imposant la sainteté par décret. Cette théocratie devint tellement insupportable qu’elle éclipsa l’oppression des Médicis qui finira par être rappelée après que le gouvernement théocratique de Savonarole ait été renversé.

– La théocratie genevoise de Calvin[5], qui elle aussi, était adossée à une sorte de police des mœurs et de la pensée et qui, sans atteindre les excès de Savonarole à Florence, ne fut cependant pas une réussite.

D’ailleurs, parlant de l’église de Bethel, David Wilkerson avait déclaré : « de toute manière, l’Église ne peut pas avoir l’approbation du monde ».

En fait de réveil, on trouve dans certaines églises charismatiques un mélange qui est un synonyme de tiédeur, contrairement aux affirmations de Bill Johnson. Tout réveil amène toujours une attente renouvelée de la parousie[6], selon 2 Timothée 4 v 8 : «Désormais la couronne de justice m’est réservée; le Seigneur, le juste juge, me la donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement».

En fait, dans le soi-disant réveil de Bill Johnson, la voix du Saint-Esprit a été réduite au silence et ces hommes sont habités par leurs illusions.

La véritable conception du Royaume est celle des apôtres. Pour l’heure, l’autorité visible de Jésus ne s’exerce ici-bas que dans son Église et il en sera ainsi jusqu’à son retour.

De même qu’il a été Lui-même rejeté, elle sera aussi rejetée, elle ne régnera que quand Lui-même le fera.

L’Ecclésia mais pas mandatée pour administrer les nations en son absence, les dominer et les amener à l’obéissance de la foi.

Telle est bien la doctrine des apôtres. Le royaume de Dieu est radicalement différent de l’enseignement de ce que Bill Johnson appelle « la nouvelle réforme apostolique ».

L’Église romaine a autrefois professé cette doctrine dans un livre intitulé « la cité de Dieu »[7]. La doctrine du « Royaume Maintenant» ne reconnaît pas que Satan est, pour l’heure,« le prince de ce monde » (Jean 12:31 et 16:11) et nie sa puissance (2 Corinthiens 4 v 4; 1 Jean 5 v19; Apoc. 12 v 3). Mais pour la Nouvelle Réforme Apostolique, Satan est déjà lié et par conséquent, la vigilance n’est plus nécessaire.

Selon la Bible, C’est Jésus seul qui établira le Royaume de Dieu quand Il viendra dans sa gloire. Il s’étendra d’Israël vers les nations et nous ne pouvons pas l’établir par nos propres forces, même transcendés par le Saint-Esprit. Mais nous pouvons être des signes du royaume qui vient, ce que sont également les signes surnaturels. Nous ne sommes pas les maîtres d’œuvre du royaume et le Saint-Esprit n’en est pas l’agent exécutant.

Dieu ne changera pas son programme pour nous faire plaisir. Par conséquent, il n’enverra pas le Saint-Esprit pour le réaliser et on peut se demander quel est l’esprit qui souffle à Bethel Church… ne s’agirait-il pas plutôt de substitut de la présence de Dieu, puisqu’il faut aller chercher le surnaturel sur les tombes ou dans les pratiques du Nouvel Âge?

Certes, la Nouvelle Réforme Apostolique propose aux jeunes qui se rendent à l’école biblique de Bethel, une aventure exaltante, basée sur le goût du pouvoir, mais le pouvoir n’est pas ce que Dieu a voulu pour son Église pour le temps présent.

Notons également que dans ce système, Israël est « hors-programme».

Les seules allusions qui sont faites à Israël dans le livre de Johnson, sont une nouvelle forme de la théologie de la substitution ; c’est le christianisme du Nouvel Âge qui nie le rôle d’Israël et qui se trouve paganisé comme l’église Constantinienne l’a été.

En résumé, la Nouvelle Réforme Apostolique est une dangereuse hérésie et une déviation grave de l’enseignement biblique. Il est alarmant de constater qu’elle se répand dans les églises évangéliques françaises sous différentes formes. Certes, elle ne prend pas encore les formes extrêmes qu’il connaît Outre-Atlantique — bien qu’en Suisse romande, ces formes commencent à être présentes — mais l’on peut craindre que ce courant ne s’intensifie en France dans les temps à venir. Il s’agit d’une doctrine séduisante, ce qui la rend d’autant plus dangereuse. C’est pourquoi il faut lui résister à la dénoncer avec tout en plus de vigueur !

Jean-Marc Thobois/Keren

 

NDLR : voir les tentatives d’explications de Bill Johnson dans cet article du site www.soyonsvigilants.org.

—————————————————–

[1] Note du Sarment : c’est dans Matthieu 28.19-20 qu’on trouve un des définitions de ce qu’on appelle Grande Commission : « Allez, faites de toutes les nations des disciples (littéralement : «faites des disciples dans toutes les nations», sous-entendu : pas seulement en Israël), baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit et enseignez-leur à mettre en pratique tout ce que je vous ai prescrit. Et moi, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. » Jésus a donné ce commandement aux Apôtres peu avant de remonter au ciel et il souligne ce qu’il attend d’eux et de leurs successeurs en son absence. Il est intéressant de voir que dans le texte grec original, le seul commandement en Matthieu 28.19-20 est de « faire des disciples». Pour certains, il s’agit de convertir toute la terre, pour d’autres, il s’agit de témoigner sur notre chemin, en apportant à des perdus le Salut qui est en Jésus-Christ. Car on ne peut pas sauver quelqu’un qui n’est pas perdu.

[2] Note du Sarment : Constantin le Grand (280 – 337) – Le premier empereur chrétien.

[3] Note du Sarment : désigne un système de gouvernement temporel (césar) qui, dans une volonté de domination universelle, cherche à exercer son pouvoir sur les affaires religieuses (pouvoir spirituel du pape). L’Empereur empiète donc sur les affaires de l’Église. Il occupe ainsi une place privilégiée dans la sphère législative et théologique de l’Église. Pour le cas des monarchies, on peut aussi parler de théocratie royale.

[4] Note du Sarment : Jérôme Savonarole 1452-1498, mort pendu et brûlé à Florence, est un frère dominicain, prédicateur et réformateur italien, qui institua et dirigea la dictature théocratique de Florence de 1494 à 1498. Il est connu pour ses réformes religieuses, ses prêches anti-humanistes, son bûcher des vanités où disparurent de nombreux livres et de nombreuses œuvres d’art. Il prêcha de façon véhémente contre la corruption morale du clergé catholique, sans toutefois remettre en cause le dogme.

[5] Jean Calvin 1509-1564. Théologien, réformateur, et un pasteur de la Réforme protestante.

[6] Parousie : vient du grec ancien παρουσία / parousía qui signifie « présence » (ou encore « arrivée », « venue »).Terme biblique utilisé par les chrétiens pour désigner la seconde venue du Christ sur la Terre, la première étant sa naissance.

[7] Note du Sarment : «La Cité de Dieu» (en latin De Civitate Dei contra paganos : La Cité de Dieu contre les païens) est une œuvre en vingt-deux livres d’Augustin d’Hippone (saint Augustin). Celui-ci rédigea le premier livre en 413 et termina le vingt-deuxième treize ans plus tard.

19 comments On «Le Royaume maintenant…», une dangereuse illusion ! par JM Thobois

  • Le chapitre 12 de Daniel parle des derniers jours et de la résurrection. Quand Daniel demande à l’ange quand tout cela arrivera, il lui répond « quand la force du peuple saint sera entièrement épuisée », nulle question ici de domination.
    La résistance que le fidèle doit opposer à l’émergence et à la multiplication de toutes ces fausses doctrines participe à mon avis à cet épuisement, au moins du point de vue spirituel.

    • Merci pour la pensée de Daniel 12, qui contredit effectivement la vision du dominionisme (ou dominationisme).
      Mais bon, les tenants du prétérisme ne sont pas à court d’arguments !
      C’est une bonne chose que Jean-Marc Thobois prenne position, parce que l’influence de Bethel augmente dans la francophonie, notamment en Suisse.

  • Bonjour, la Nouvelle Réforme Apostolique (NAR) est représentée par la Coalition Internationale des Leaders Apostoliques (www.icaleaders.com). Même si Béthel Church s’en réclame, cette église n’est ni le siège ni le représentant de la NAR, qui ne peut en aucun cas être identifiée ou réduite aux enseignements de Bill Johnson.
    Pour être membre de l’organisation ICAL (International Coalition of Apostolic Leaders) et participer à ses congrès depuis plusieurs années, je dois dire que je n’y ai jamais rencontré les responsables de Béthel Church. Cela ne signifie pas que ces derniers n’évoquent pas certains éléments de la NAR, mais devrait permettre d’éviter les raccourcis et les amalgames présents dans cet article.
    Par ailleurs, si certains membres de la NAR enseignent des excès liés au dominationisme auxquels je ne souscris pas, je tiens à dire qu’il existe un courant « évangélique » qui croit à la restauration des ministères donnés par Christ à l’Eglise (dont les apôtres et les prophètes), à la présence du Royaume de Dieu et à son influence croissante dans toutes les sphères de la société, tout en sachant que sa pleine manifestation ne viendra qu’à la Parousie. En attendant, le peuple de Dieu est appelé à témoigner et à manifester la présence de ce royaume, y compris au sein de la souffrance et de la persécution, dans une dynamique de reconquête et de service exempte de toute volonté de prise de pouvoir.

    • Bonjour Jean-Marc
      Merci pour le commentaire et les infos. J’apprécie cette intervention et je la communique à l’auteur, Jean-Marc Thobois, et je publierai sa réponse éventuelle.

      Vous dites :
      la Nouvelle Réforme Apostolique (NAR) est représentée par la Coalition Internationale des Leaders Apostoliques (www.icaleaders.com). Même si Béthel Church s’en réclame, cette église n’est ni le siège ni le représentant de la NAR, qui ne peut en aucun cas être identifiée ou réduite aux enseignements de Bill Johnson.

      Vous avez raison de dire que le mouvement NAR ne peut pas être réduit au phénomène de Bethel, qui est en quelque sorte une des parties émergées de l’iceberg NAR — à cause de sa notoriété et de sa visibilité médiatique.
      Bethel ne représente pas officiellement le mouvement NAR, mais cette église en incarne les articles fondamentaux.
      Le sujet de l’article est de pointer un aspect de la vision de la NAR (Nouvelle Réforme Apostolique), que l’auteur estime erroné et dangereux, c’est-à-dire non conforme à l’esprit des Écritures.

      Vous dites également :
      Pour être membre de l’organisation ICAL (International Coalition of Apostolic Leaders) et participer à ses congrès depuis plusieurs années, je dois dire que je n’y ai jamais rencontré les responsables de Béthel Church. Cela ne signifie pas que ces derniers n’évoquent pas certains éléments de la NAR, mais devrait permettre d’éviter les raccourcis et les amalgames présents dans cet article.

      Bethel revendique sa pleine et entière appartenance au mouvement de la Nouvelle Réforme Apostolique (NAR). Bill Johnson en est un membre influent, avec C. Peter Wagner, Mike Bickle, Rick Joyner, Lou Engle. Une recherche sérieuse démontre qu’il n’existe pas d’ambiguité sur le sujet. Je vous invite à consulter cet article, qui va un peu plus au fond (https://lesarment.com/2015/10/le-nouvel-evangile-du-dominionisme/). Vous verrez qu’il ne contient ni raccourci, ni amalgame, et que JM Thobois s’inscrit dans la même ligne.

      Vous dites enfin :
      Par ailleurs, si certains membres de la NAR enseignent des excès liés au dominationisme auxquels je ne souscris pas, je tiens à dire qu’il existe un courant « évangélique » qui croit à la restauration des ministères donnés par Christ à l’Eglise (dont les apôtres et les prophètes), à la présence du Royaume de Dieu et à son influence croissante dans toutes les sphères de la société, tout en sachant que sa pleine manifestation ne viendra qu’à la Parousie. En attendant, le peuple de Dieu est appelé à témoigner et à manifester la présence de ce royaume, y compris au sein de la souffrance et de la persécution, dans une dynamique de reconquête et de service exempte de toute volonté de prise de pouvoir.

      Votre précision est importante concernant votre approche personnelle qui prend ses distances avec «les excès liés au dominationisme». En ce qui me concerne, je considère que ce ne sont pas seulement les excès qui posent problème, mais également les fondements, la théologie et l’eschatologie. Ce qui est suffisant à mes yeux pour m’y opposer et appeler à la vigilance. La compréhension de l’eschatologie, sous ses aspects futuriste ou prétériste, est tout-à-fait déterminante pour structurer une vision et une stratégie pour le Corps de Christ. Vous évoluez à un niveau de responsabilité élevé, je suppose donc que vous êtes parfaitement au clair là-dessus.
      Je vous rejoins sur la nécessité de témoigner du royaume de Dieu et d’incarner ses réalités profondes, visibles et invisibles. Mais je vous pose la question : comment dissocier une dynamique de reconquête d’une prise de pouvoir ? Ne trouvons-nous pas la même phraséologie dans d’autres religions hégémoniques et expansionnistes ?
      Fraternellement/Jérôme Prekel

  • Bonjour Jérôme,
    Merci de votre réponse. Sans entrer dans trop de détails par écrit, je rebondis sur deux points :

    – je parle plutôt au nom d’ICAL (www.icaleaders.com), qui milite en effet pour une réforme apostolique, mais au sein de laquelle on ne trouve pas les noms que vous citez, à part celui de Peter Wagner de son vivant. Mon intention première n’était pas de défendre la NAR dans son ensemble mais d’éviter de tout rejeter. Je souhaiterais que ICAL ne soit pas systématiquement identifié à la NAR, en raison de la diversité des positions des membres de ce mouvement.

    – la dernière question que vous posez est en effet pertinente, mais je maintiens qu’il n’est pas inéluctable de confondre dynamique de reconquête et prise de pouvoir. Cela me semble être la distinction fondamentale entre le royaume de Dieu et les religions expansionnistes. Débat essentiel à suivre et à approfondir. Le refus des idéologies expansionnistes ne doit pas nous voiler les promesses de développement du royaume de Dieu dans l’attente du retour du Christ.

    Enfin, il est évident que les interprétations eschatologiques de chacun déterminent notre approche en la matière, j’apprécie la confrontation et la discussion dans un esprit constructif, en admettant qu’aucun d’entre nous ne peut prétendre à la compréhension exacte.

    Fraternellement,
    Jean-Marc Potenti.

    • Bonsoir Jean-Marc
      Je réponds brièvement à votre premier point :
      Sauf erreur de ma part, ICAL a été présidée durant 9 ans (de 2000 à 2009) par C. Peter Wagner, penseur et initiateur de la Nouvelle Réforme Apostolique. Par ailleurs, vous rappelez que ICAL milite pour une réforme apostolique : le rapprochement ICAL/NAR ne relève donc ni du fantasme, ni de l’amalgame. En revanche, il est important de prendre conscience que la Nouvelle Réforme Apostolique est un vaste mouvement mondial multi-courants, et que toutes ses composantes n’adhèrent pas forcément à tous ses articles de la même manière. Même si nous désapprouvons certains courants, nous devons nous réjouir que Christ soit prêché (Phil).
      Je vais répondre à votre second point dans la foulée. Fraternellement/Jérôme Prekel

    • à Jean-Marc Potenti
      Je réponds à la seconde partie de votre intervention (du 3 avril): «je maintiens qu’il n’est pas inéluctable de confondre dynamique de reconquête et prise de pouvoir. Cela me semble être la distinction fondamentale entre le royaume de Dieu et les religions expansionnistes. Débat essentiel à suivre et à approfondir. Le refus des idéologies expansionnistes ne doit pas nous voiler les promesses de développement du royaume de Dieu dans l’attente du retour du Christ.»

      À mes yeux, une distinction fondementale entre le royaume de Dieu et les religions expansionnistes consisterait à ne PAS partager la même vision expansionniste ! Comme par exemple l’islam et un certain christianisme, qui croient que leur religion est la meilleure, et cherchent à l’imposer au monde, quel que soit le moyen : voilà leur dénominateur commun. Moi ça me dérangerait d’être engagé dans un mouvement chrétien dont le programme d’avenir, dont la vision de développement, est en tous points identique à celle d’un musulman au demeurant sincère. Je pense que le Seigneur nous a révélé autre chose, qui est moins facile.

      Le sentiment d’avoir trouvé une bonne idée pour faire bouger les chrétiens ne devrait abuser personne : envoyer les gens à la conquête du monde ne sera pas sans un certain fruit, forcément, mais passera très loin des objectifs spirituels du sermon sur la montagne, à savoir de découvrir que la plus grande conquête du disciple, ce n’est pas la conquête du monde ou de la société «pour Dieu», mais c’est son propre cœur. Il FAUT que nous nous engagions sur ce chemin (je ne vous apprends rien), pour y découvrir la révélation de l’impuissance à réussir, qui va nous rapprocher du Seigneur de la croix. La conquête de la société, sans la conquête de soi (celle qui conduit à la mort à soi-même), c’est la poursuite du vent. C’est une distraction, une échappatoire à la croix.
      C’est effectivement, comme vous le dites très bien, une question essentielle et à approfondir. L’équilibre est l’exercice le plus difficile ! Les chrétiens doivent être influents dans leur sphère d’activité professionnelle et personnelle, diffuser la bonne odeur de Christ, et surtout pas être dans l’attentisme ou la passivité. Nous participons à la vie de notre société avec les armes de la lumière, à savoir par de bonnes œuvres, ce à quoi nous devons veiller.
      Fraternellement/Jérôme Prekel

  • Bonjour me Potenti,
    Quelles sont «ces promesses de développement du royaume de Dieu dans l’attente du retour de christ»?
    Où pouvons nous situer ce royaume de Dieu ?

  • Bonjour Jérôme,
    Vos discussions avec Mr Potenti m’amènent à poser certaines questions.
    Notre responsabilité en tant qu’enfant de Dieu est de dénoncer d’une manière claire pour qu’aucun amalgame ne puisse s’infiltrer et s’installer dans la compréhension des personnes.
    Quel est ce Christ annoncé dans ces milieux évangéliques décrits dans cet article qui ont pour fondements des doctrines déviantes et inspirées par l’ennemi? Pourquoi dites-vous que nous devons nous réjouir que Christ soit prêché alors que les gens seront entraînés dans une vague « spirituelle « étrangère à la révélation biblique — que vous précisez désapprouver néanmoins ?

    L’esprit du temps du moment ne peut pas nous faire oublier qu’aucune ressource appartenant à celui-ci ne peut faire partie de notre foi, ni de la faire vivre, ni de la mobiliser.
    Nous sommes dans ce monde sans être du monde, la puissance de La Croix ne nous appartient pas comme laisse faire croire ce qui a été dénoncé par cet article, nous en sommes les humbles et reconnaissants bénéficiaires.
    Le message de La Croix déborde des cœurs pleins de compassion pour tous ceux qui se perdent, dans toutes les sphères de la société où Dieu place ses enfants.
    Dieu prépare les esprits à recevoir ce message et le travail puissant du Saint-Esprit l’accomplit par notre témoignage et agit dans leurs âmes pour les libérer de l’ennemi.
    Rien à voir avec toute cette confusion de ces nouvelles « structure -églises -dénomination diverses -mélanges proposée par les leaders exposés par cet article.
    Alors témoigner du Sang de Jesus dans toutes les situations que Dieu dans Son Amour nous fait plus souvent devenir ce que Paul disait :les balayures du monde pour ceux qui refusent le salut et pour les religieux aveuglés.
    Il en sera comme du temps de Noé et je ne vois pas comment imaginer la possibilité d’un réveil, même si nous le désirons de tout notre cœur .
    Prier pour que Dieu lève des vrais serviteurs qui prêchent La Croix, et Son Message, Sa Puissance, et libérer aussi ces pauvres chrétiens prisonniers de ces faux bergers qui les ont encerclés dans des structures établies dans leur foi -gadget qui ne leur sert qu’à se remplir les poches et alimenter leur sentiment de fierté.
    Ces personnes trompées devenues instruments des faux bergers qui parlent à la place de Dieu, avec des explications et propositions charnelles, dans ces structures nouvelles, sont dans un troupeau prêt à se mélanger dans une religion globale et accueillir l’antichist qu elles ne pourront pas reconnaître.
    Les « changements moraux dans une société  » dont vous parlez, cette société que nous voyons de plus en plus pervertie, me semblent avoir peu d’intérêt par rapport au salut et il reste si peu de temps. Et ce n’est pas le but du sacrifice de notre Seigneur Jesus Christ.

    • Bonjour Camille
      Merci pour votre intervention, et pour votre vision de la situation avec laquelle j’ai beaucoup de points de convergence. Je vais essayer de répondre à vos questions :

      Quel est ce Christ annoncé dans ces milieux évangéliques décrits dans cet article qui ont pour fondements des doctrines déviantes et inspirées par l’ennemi?
      J’ai écrit un article qui tente d’analyser le mouvement dominioniste qui fait partie de la Nouvelle Réforme Apostolique (NAR) ici : son terreau, ses racines, son message, sa théologie, son eschatologie, sa vision. L’article de Jean-Marc Thobois s’insurge contre la vision de ce mouvement, qu’on appelle également «Kingdom Now» (le Royaume maintenant). On peut trouver également de bonne ressources sur le site http://www.soyonsvigilants.org.
      La réponse à votre question se trouve dans ces réactions : on remarque une dérive de l’évangile de nos pères qui est la conséquence (la preuve) qu’une partie de l’église moderne cherche à s’adapter au monde, pour lui présenter un Seigneur différent de celui que prêchait Paul — il est vrai à une autre époque et dans une autre société. Le problème est que nous sommes entrés dans une période où chacun reconnaît que les chrétiens lisent moins la Bible. Autour de nous, les gens du monde lisent moins de livres, de journaux. Nous n’avons plus le temps, et l’audio-visuel remplit tout. Il s’ensuit un appauvrissement de la culture sur un plan général, et de la culture biblique en particulier. Tout va très vite. Une partie du christianisme est en train de se perdre, parce qu’il veut davantage faire résussir son modèle et ses valeurs, que de continuer de respecter la vieille vision de vieil évangile de la vieille bible. Lire cet article de Tozer, qui est frappant.

      Pourquoi dites-vous que nous devons nous réjouir que Christ soit prêché alors que les gens seront entraînés dans une vague « spirituelle « étrangère à la révélation biblique — que vous précisez désapprouver néanmoins ?
      Je ne fais que reprendre une expression de Paul aux Philippiens (1/18), qui déplorait qu’un autre Christ que le sien soit prêché, un autre évangile aussi. Il n’avait pas de prise sur les évènements : il dénonçait ce qu’il discernait, il avertissait, … et ceux qui avaient des oreilles entendaient.
      Nous continuons de former un corps, et nous devons continuer de lutter, dans la prière, la consécration, et le service. Dieu continue de faire un grand travail pour sauver des gens … qui ont pourtant été rachetés. L’épître aux Galates a été écrite comme un avertissement à des chrétiens qui avaient entendu le bon évangile, et qui l’avaient reçu. Mais qui étaient en passe de déchoir de la Grâce. C’est un sujet d’une grande gravité, que beaucoup ne comprennent pas, interprétant par exemple les critiques de la NRA faite sur ce site comme de la jalousie ou même du travail qui serait l’œuvre du diable.

  • Rebonjour Jérôme,
    Je me suis mal exprimée certainement, je connais tous ce que vous avez cité, je connais aussi cet autre Jésus (2 corinthiens 11,4) et sa présence dans les églises apostates dont font partie ces dénominations-réseaux citées dans cet article et dans ce sujet par exemple .
    je voulais juste vous demander pourquoi vous avez écrit que  » même si nous désapprouvons certains courants nous devons nous réjouir que Christ soit prêché  » : ce Christ prêche dans ces milieux-là possède sa propre puissance, séduit les gens qui sont entraînés dans cette vague spirituelle, ils ne peuvent pas comprendre car ces faux pasteurs déviants les entrainent et leur enseignent leurs déviances, ne vaudrait-il pas mieux les prévenir que même s’ils entendent parler de ce Christ il y a un danger imminent ?
    Il y a beaucoup de religieux de profession qui sont devenus apostats chez mes proches, et lire ce que vous avez écrit va les conforter, je ne veux pas vous manquer de respect mais pour moi c est un sujet extrêmement douloureux.

    • Bonsoir Camille,
      Désolé pour le temps de réponse.
      Je comprends que ce sujet soit douloureux pour vous, et comme je vous l’ai déjà dit, je pense que ce que j’ai écrit (mais d’autres aussi, comme Jean-Marc Thobois et le site http://www.soyonsvigilants.org, ainsi que de multiples ressources en anglais) est de nature à avertir, et à faire réfléchir. Et ce n’est pas une phrase isolée dans un échange « off » qui peut remettre en question tout un travail qui a pris des mois d’enquête et de prières.
      Je vois que vous êtes sensible au fait qu’il existe des déviances dans les églises et des enseignements corrompus, et c’est très bien. Cette qualité devrait être davantage répandue. Pour autant, elle demande de l’équilibre pour être vécue selon l’esprit et non selon la chair : je sais de quoi je parle !
      Que le Seigneur nous garde de désespérer, quelle que soit la situation : l’Esprit de Dieu travaille, en ce moment même, sans aucune limite à son action. Il ne se laisse pas arrêter par une église apostate. Même quand Ninive est jugée et sa condamnation écrite et datée, Il envoie encore un appel pour chercher ce qui est perdu.

  • Excellent article. Je rebondis néanmoins sur un point
    > La théocratie genevoise de Calvin… ne fut cependant pas une réussite.

    Je pense que c’est inexact à deux titres.
    1. Ce n’était pas une théocratie et Calvin a toujours milité pour une stricte séparation du pouvoir civil et du pouvoir ecclésiastique
    2. Les résultats obtenus par Calvin et l’évangile qu’il a prêché à Genève sont exemplaires. La propagande jésuite du XVIIe a réussi à noircir le tableau, mais si on lit l’article « Genève » des encyclopédistes (Diderot, D’Alembert) on a un tout autre son de cloche, voir article sur notre site.

    • Merci pour les précisions, qui sont effectivement utiles.
      Je pense que l’auteur faisait référence davantage à un état d’esprit, une vision de l’instauration du Royaume, non par la conviction du St Esprit, mais par ordonnances (voir extrait juste après). Pour le reste, l’influence de Calvin, je vais consulter les articles de votre site !

      «Chacun est tenu les dimanches de venir entendre la parole de Dieu. Nul ne doit jurer ou blaphémer au nom de Dieu, et ce sous peine, la première fois, d’embrasser le sol, la seconde fois d’embrasser le sol et de devoir trois sous, la troisième fois d’être mis en prison trois jours.
      Que personne ne joue de l’or ou de l’argent. Qu’aucun aubergiste ne donne à personne à manger, ni à boire pendant le prêche du dimanche.
      Que personne ne danse, sauf lors des mariages, ne chante de chansons malhonnêtes, ni ne se déguise ou ne porte des masques, et ce, sous peine d’une amende de 60 sous et de trois jours de prison au pain et à l’eau. Que chacun soit tenu de dénoncer ceux ou celles qu’il verra ne pas obéir à l’ensemble de ces articles». Calvin, ordonnances sur les mœurs, 1547

  • Oui aux grands mots, les grands remèdes… Genève était une ville corrompue et décadente, Calvin en a fait une cité phare, ouverte sur le monde.

    Voici l’article « Genève » des encyclopédistes (Diderot, D’Alembert) qui est sur notre site et qui font un bilan impartial 100 ans après:
    http://info-bible.org/histoire/reforme/geneve-encyclopedie-diderot.htm

    [Les genevois] voulant donner de la célébrité à leur ville, y appellerent Calvin, qui jouissait avec justice d’une grande réputation, homme de lettres du premier ordre, écrivant en latin aussi-bien qu’on le peut faire dans une langue morte, & en français avec une pureté singuliere pour son temps ; cette pureté que nos habiles grammairiens admirent encore aujourd’hui, rend ses écrits bien supérieurs à presque tous ceux du même siecle, comme les ouvrages de MM. de Port-Royal se distinguent encore aujourd’hui par la même raison, des rapsodies barbares de leurs adversaires & de leurs contemporains. Calvin jurisconsulte habile & théologien .. dressa de concert avec les magistrats, un recueil de lois civiles & ecclésiastiques, qui fut approuvé en 1543 par le peuple, & qui est devenu le code fondamental de la république. Le superflu des biens ecclésiastiques qui servaient avant la réforme à nourrir le luxe des évêques & de leurs subalternes, fut appliqué à la fondation d’un hôpital, d’un collège & d’une académie :

    C’est une chose très-singuliere, qu’une ville qui compte à peine 24000 âmes, & dont le territoire morcelé ne contient pas trente villages, ne laisse pas d’être un état souverain, & une des villes les plus florissantes de l’Europe : riche par sa liberté & par son commerce, elle voit souvent autour d’elle tout en feu sans jamais s’en ressentir ; les évenemens qui agitent l’Europe ne sont pour elle qu’un spectacle, dont elle jouit sans y prendre part : attaché aux français par ses alliances & par son commerce, aux Anglois par son commerce & par la religion, elle prononce avec impartialité sur la justice des guerres que ces deux nations puissantes se font l’une à l’autre, quoiqu’elle soit d’ailleurs trop sage pour prendre aucune part à ces guerres, & juge tous les souverains de l’Europe, sans les flatter, sans les blesser, & sans les craindre.

  • « Cet article est rempli de raccourcis, erreurs historiques et de mauvaises représentations de la théonomie qui était pourtant une composante essentielle de la foi chrétienne réformée orthodoxe dès le début de la Réforme et ensuite chez les puritains. Il est devenu aujourd’hui de bon ton de rejeter dans l’Église contemporaine le précieux héritage des siècles passés et de crier à l’innovation spirituelle quand les doctrines de nos pères de la foi sont simplement exhumées, doctrines qui fondent la civilisation occidentale. Le rejet de la loi est l’une des causes majeures de notre infortune spirituelle. Que des humanistes incroyants s’opposent à la loi de Dieu, cela est tout à fait compréhensible, mais que des chrétiens les rejoignent est inouï et révèle l’effondrement du christianisme actuel et la disparition de l’esprit de la Réforme, de l’esprit chrétien. Mais quoi d’étonnant dans ce pays de France profondément ravagé par l’esprit des Lumières et la laïcité qui se marient tellement bien avec le piétisme qui offre une image dépecée et rabougrie d’un Dieu que l’on veut exclure de la sphère publique, c’est-à-dire de la vie de la nation?

    Pour remédier à cette situation tragique et aux nombreuses erreurs de l’article décousu de Jean-Marc Thobois qui fait preuve d’une parfaite ignorance des faits historiques et scripturaires concernant la foi réformée historique, voici un dossier en ligne (en français!) consacré spécialement aux élections présidentielles dans une approche essentiellement théologique et biblique, en rapport avec la loi de Dieu : http://sentinellenehemie.free.fr/egliseetpolitique.html. Il y a en particulier deux études des plus intéressantes et vitales sur la loi de Dieu et la théonomie :

    http://sentinellenehemie.free.fr/davidnoebel1.html : étude de David Noebel de 23 pages;

    – Défense scripturaire de la thénomie : http://sentinellenehemie.free.fr/egliseetpolitique.html#theonomie

    Dans la première étude, on découvre en particulier en quoi la doctrine de la création a une profonde incidence sur la politique, et en quoi l’évolution darwinienne a détruit les fondements bibliques de la société autrefois fondée sur la loi de Dieu.

    Jean-Marc Thobois défend ailleurs la loi de Dieu contre l’antinomianisme endémique de notre époque. Sans le savoir il est profondément théonomiste. Sa prise de position dans cet article est donc foncièrement regrettable.

    • Chère Sentinelle !

      Merci pour la contribution à la réflexion, même si je trouve assez regrettable votre insistance à réduire la pensée de l’auteur, évitant parfois difficilement l’écueil de la suffisance. La contradiction est toujours bienvenue, mais je pense qu’on peut échanger des idées, des opinions et même des convictions sans chercher à instiller le soupçon de l’incompétence chez la personne qui ne pense pas comme nous. Ce ne sont pas là les armes de la lumière, si vous me le permettez. Il me semble que ce court texte sur le « Royaume Maintenant » ne suffit pas à circonscrire la pensée de l’auteur sur un tel sujet, et le faire passer pour un incompétent.

      Je crains malheureusement que Jean-Marc Thobois ne se joigne pas à l’échange, trop occupé sans doute à mettre en pratique son mandat principal, qui est de partager sans compter son ministère, depuis toutes ces années, pour l’édification des enfants de Dieu. Je le salue au passage.

      En ce qui me concerne, ce n’est pas l’envie qui me manque de débattre avec vous, mais le temps me manque malheureusement. Je suis en train de travailler à un argumentaire sur le fond, qui me semble être l’opposition du préterisme et du futurisme (l’interprétation eschatologique positive ou négative). Je pense que c’est à cet aspect-là des choses que vous avez réagi et j’espère que nous pourrons échanger constructivement sur le sujet, le moment venu, si vous le souhaitez.
      Bien fraternellement/Jérôme Prekel

  • bonjour,
    à la lecture de ce texte de JM Thobois, un frère qui mérite tout mon respect, ma question est : a-t-il été à Bethel, a-t-il écrit ou téléphoné à Bill Johnson, a-t-il enquêté, a-t-il vérifié ses affirmations. C’est tellement éloigné de la réalité, tellement contraire à la théologie et à la pratique de Bethel. C’est tellement caricatural, que cela pose une question simple : Ephésiens 4/11 a-t-il prévu un ministère de « procureur », en filigrane car il ne se lit pas à l’oeil nu, qui permette de faire le procès et de livrer à la vindicte publique ce dans quoi on ne veut pas entrer mais dans lequel on ne veut pas que les autres entrent… l’intimité avec Dieu, le Père, le Fils et le Saint Esprit, Lui permettant d’avoir au travers de nous, par le ministère de la réconciliation, un impact par son évangile dans les différentes sphères de la société. Il n’y a guère que ceux qui sont confortables sur les bancs des églises pour penser qu’il y ait une volonté de « prendre le pouvoir ». Ce « travail » sur les 7 montagnes ne sont que les signes partiels du règne parfait à venir au retour du Seigneur. Le maintenant… du pas encore !

    • Bonjour Gilles,

      Merci pour votre intervention qui communique d’une certaine manière le langage du bon sens. Il y a en effet forcément du bon dans la vision de Bethel, église qui fait l’apologie de la vision Dominioniste, qu’on appelle aussi « Royaume Maintenant » (Kingdom Now). Il est important de rappeler qu’effectivement, il y a de très bonnes choses à Bethel et que la plupart des visiteurs sont favorablement impressionnés.

      Pour autant, il existe également de très mauvaises choses, et vous ne semblez pas en avoir pris conscience. Vous trouverez sur ce site une analyse plus détaillée de ce que JM Thobois exprime, dans cet article : https://lesarment.com/2015/10/le-nouvel-evangile-du-dominionisme/ et dans cet autre article : https://lesarment.com/2015/07/lonction-des-cimetieres-nouvelle-derive-de-lhyper-charismatisme/. Je vous recommande également les analyses fouillées de ce site https://soyonsvigilants.org/bethel/, ainsi que cet article de fond qui parle du mouvement lancé par Bill Johnson et sa femme Beni autour du livre « la physique des cieux » : https://lesarment.com/2017/11/bethel-church-et-la-physique-des-cieux-un-esprit-denvoutement/. Vous verrez, c’est assez édifiant.

      Bien sûr, je concède qu’il faut du temps pour entrer dans cette question, pour chercher des infos à de multiples sources, dépasser le stade de l’analyse superficielle, afin de se forger une conviction (je ne parle pas d’opinion) et pouvoir être à même, ensuite, de savoir ce qu’on dit quand on prend la parole à ce sujet.

      Sinon, vous parlez de “procureurs”: je considère qu’il existe un ministère de protection du peuple de Dieu. C’est un peu l’essence du terme “protuberos” que nos traductions ont rendu par “surveillants” ou “anciens” : veiller sur le troupeau du Seigneur (Actes 20/28). Non pour un gain honteux (une vaine gloire) mais par amour et par sens des responsabilités. Et parfois, osons le dire, par jalousie (2 Cor. 11/2).

      Alors je vous accorde qu’il existe un certain nombre de procureurs qui effectivement ne songent qu’à empêcher les autres d’entrer dans ce qu’ils désapprouvent d’une manière charnelle. Mais cette frange ne doit pas pour autant nous entraîner à démissionner de ce rôle que le Saint-Esprit nous a assigné, à vous comme à nous. Ne leur demandez pas de se taire, sans être certain de votre fait.
      Certaines choses sont mauvaises et doivent être reprises, c’est un peu comme dans votre corps et le mien : si le système immunitaire devient défaillant, nous attrapons toutes les maladies. Alors merci Seigneur pour les gardiens qui ont été établis par Lui, sur les murailles de Jérusalem, et qui ne se tairont jamais, ni le jour, ni la nuit (Es. 62/6).

      Petit rappel utile : Les anciens ont autorité pour «ordonner de ne pas enseigner certaines doctrines» [1 Tim. 1/3], pour «fermer la bouche aux vains discoureurs» [Tite 1/10], pour «enseigner avec douceur les opposants» [2 Tim. 2/25], et pour «reprendre vertement les séducteurs» [Tite 1/13]. Des sortes de procureurs, en somme :).

      À dispo pour pousser plus loin cette discussion ! Bénédictions/JPrekel

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Site Footer