L’ESPRIT DE JEZABEL -1

.

.

Apocalypse 2/18

« Et à l’ange de l’assemblée qui est à Thyatire, écris : Voici ce que dit le Fils de Dieu, qui a ses yeux comme une flamme de feu, et dont les pieds sont semblables à de l’airain brillant :

19 Je connais tes œuvres, et ton amour, et ta foi, et ton service, et ta patience, et tes dernières œuvres qui dépassent les premières. Mais j’ai contre toi, que tu laisses faire la femme Jézabel qui se dit prophétesse; et elle enseigne et égare mes esclaves en les entraînant à commettre la débauche et à manger des choses sacrifiées aux idoles. 21 Et je lui ai donné du temps afin qu’elle se repente ; et elle ne veut pas se repentir de son impudicité.22 Voici, je la jette sur un lit, et ceux qui commettent adultère avec elle, dans une grande tribulation, à moins qu’ils ne se repentent de leurs œuvres ; 23 et je ferai mourir de mort ses enfants ; et toutes les assemblées connaîtront que c’est moi qui sonde les reins et les cœurs ; et je vous donnerai à chacun selon vos œuvres».

Le cœur du message à l’église de Thyatire est la dénonciation d’une doctrine propagée par «la femme Jézabel qui se dit prophétesse». Qu’est-ce que « l’esprit de Jézabel » ? On emploie parfois cette expression pour définir une aversion ou une opposition à l’expression prophétique : ce qui se dresserait contre l’onction prophétique et contre ceux qui exercent le ministère prophétique proviendrait donc de cette origine, en référence à l’opposition de la reine Jézabel au prophète Elie. Dans certains milieux, la même expression peut faire référence à une entité spirituelle ténébreuse, un esprit impur (un démon), qu’on appelle « l’esprit de Jézabel ». On s’exerce alors à discerner ses manifestations (en fait : à détecter les personnes suspectes de l’incarner) et à le chasser[1].

Ce n’est pas la pensée développée ici : on évoquera plutôt cette expression «esprit de Jézabel» (qui ne se trouve textuellement pas dans la Bible) pour traduire une proximité de pensée, de raisonnement, et de caractère avec le modèle référent (Jézabel), c’est-à-dire dans le sens d’une mentalité. Le but de cette réflexion étant de chercher un éclairage biblique pour comprendre la situation décrite dans Apocalypse 2/20, au plan historique et au plan prophétique.

Il est bien sûr exact que la reine Jézabel a mené une guerre contre les prophètes de l’Eternel (et donc contre la prophétie), mais on comprend à la lecture de son histoire (1 Rois 16 à 21, 2 Rois 9) que son dessein était bien plus vaste que cela, et son opposition plus profonde encore : elle a cherché à renverser un équilibre spirituel ancien, à éradiquer la révélation de Dieu et elle s’est donc dressée, armée d’un pouvoir politique, contre les droits auxquels prétendait l’Eternel sur Son peuple, et contre le principe théocratique dont les prophètes de l’Eternel étaient les représentants et les garants. C’est pourquoi on pourrait employer également, en relation avec cette femme, l’expression d’esprit antichrist[2].

1- Qui est la Jézabel historique ?

C’est une princesse de sang royal, fille du roi de Sidon[3], qui épousera le sixième roi d’Israël, Achab, à peine un demi-siècle après le règne de Salomon — dont la gloire (et la chute) sont encore dans tous les souvenirs. Mais en peu d’années, le royaume du Nord (appelé aussi royaume d’Israël, c’est-à-dire les 10 tribus retirées à Salomon et sur lesquelles règne Achab) n’a cessé de s’éloigner de Dieu et de se compromettre dans les faux cultes des nations voisines. Dans ce royaume d’Israël, dont la capitale est Samarie, les rois se succèdent et se comportent spirituellement d’une manière apostate[4]. Le roi Achab est un homme faible, au caractère inconstant. Jézabel est quant à elle ce qu’on appelle une femme ambitieuse et intrigante, au caractère fort. Cette association sera la clé de la domination spirituelle qui va peser sur le pays pendant plusieurs années.

Fervente adoratrice de Melqart[5], le Baal Tyrien, elle entraîne son mari dans ce culte païen. Ne supportant pas d’autre religion que la sienne (elle représente un type de croyant qui impose sa vision afin de devenir la mesure de toutes choses, mais elle peut représenter aussi un gouvernement qui provoque un nouveau paradigme), elle pousse Achab à construire un temple et un autel consacré à Baal (1 Rois 16/32), ainsi qu’une statue représentant l’Astarté phénicienne, dont son père, Ethbaal est grand prêtre[6]. Son hérédité est chargée lourdement par les cultes idolâtres qui constitueront toujours son vrai centre de gravité spirituel.

C’est pourquoi elle n’aura de cesse de se dresser contre tout ce qui représentait le gouvernement divin de l’Eternel, pour tenter d’y substituer ses propres règles et principes religieux. Elle va établir ses propres prophètes, formés aux arts (et aux techniques) de la prophétie païenne, et qui ont une vie religieuse consacrée à Baal, le « Seigneur » des Cananéens et des Phéniciens (Baal signifie «seigneur»). Des écoles prophétiques, dans lesquelles on forme ces hommes, fleurissent logiquement dans le pays. Peut-être fait-on venir de l’étranger des inspirés. Le chapitre 18 du livre des Rois nous apprend qu’à la cour du roi Achab et de la reine Jézabel, 450 hommes prophétisaient au nom de Baal, et 400 autres au nom d’Astarté. Ces «inspirés», qui ont rang de dignitaires religieux, ne sont pas apparus par génération spontanée, ils sont le fruit d’une stratégie religieuse (un programme) que l’appareil politique a légitimé et amené à son terme…

En peu de temps de règne, Jezabel est parvenue à augmenter la corruption spirituelle d’Israël au point que le peuple restera sans réaction lorsque se produira la phase de persécution ouverte, c’est-à-dire que les prophètes de l’Eternel sont emprisonnés et tués (1 Rois 19/14).

C’est l’ensemble du royaume (composé des dix tribus qui furent données à Jéroboam) qui a «  fléchi le genou devant Baal », excepté sept mille fidèles qui vivaient leur foi dans le secret (19/18) et qui semblent totalement absents de la scène publique. Ils sont restés fidèles à l’Éternel, mais demeurent dans l’ombre.

Cette femme est donc apparue dans un temps de déclin spirituel, dont elle va profiter, apportant une sorte de coup de grâce au culte qui avait été confié aux sacrificateurs de l’Éternel. Jézabel est un rouage essentiel d’apostasie généralisée, un temps où ceux qui craignent l’Eternel doivent vivre cachés et où les décrets royaux sont défavorables à ceux qui croient en la Parole de Dieu. Et c’est dans ce temps obscur que l’Éternel va susciter un ministère de puissance, animé de Sa jalousie et d’une grande intransigeance, qu’on qualifierait aujourd’hui sans doute de fondamentaliste. Elie le prophète, seul,s’est levé pour affronter ce mal, cet adversaire, et incarner la Parole du Dieu Vivant, en exposant sa vie.

Lorsque nous entendons parler de l’esprit d’Élie, dans le Nouveau Testament, ou que nous sentons son influence parcourir l’Église, nous devons nous souvenir de ce caractère sans partage, absolutiste, fruit d’une consécration radicale, qui ne s’inscrit pas seulement dans la contestation, mais qui ramène le cœur des enfants vers le Père.

2- Traits de caractère de Jézabel

Il est évident que les caractéristiques principales de la mentalité de Jézabel sont en tout premier lieu cette tension vers le pouvoir et la domination. Elle est animée par la soif de diriger et de contrôler sans partage (c’est le sens de son nom : Jezabel « sans cohabitation »), qui va lui permettre d’accéder au plus haut niveau décisionnel, afin d’imprimer sa vision et sa politique au plus grand nombre. Elle est une femme qui met en œuvre ses ambitions, quel qu’en soit le prix. Parvenue à la tête du pays, elle affichera ouvertement sa conception du gouvernement et de la direction : les 850 prophètes « mangent à sa table » (18/19), ce qui signifie qu’elle pourvoit à leur entretien, s’assure leur proximité et leur concours afin que chacun en Israël comprenne bien, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, que c’est Baal et Astarté qui sont les « conseillers divins » de la reine (et du roi). C’est à ces deux sources, ces deux esprits (un dieu du masculin et un dieu du féminin) qu’ils puisent leur inspiration, et dans leur vision qu’ils tirent leur force. On imagine sans peine que c’est en réalité la prophétie de Baal qui arbitre dans les grands choix politiques et stratégiques du pays : Baal devient par ce moyen LE dieu d’Israël. Sur le plan spirituel, nous pouvons dire que l’espace réservé à l’Éternel a quasiment disparu et que l’idolâtrie occupe entièrement le terrain.

La stratégie consistait justement à contrecarrer l’influence de l’Eternel, le rayonnement de son culte, et de le réduire en établissant partout ses propres dieux — ce qui est une manière de parler de valeurs nouvelles — et de la culture qui s’y rattache. Les moyens qu’elle a employés et le chemin qu’elle a suivi sont bien évidemment antichrists, c’est-à-dire qu’ils s’opposent contre toute direction divine du Dieu d’Abraham, contre Sa Loi et toutes Ses prérogatives, contre toute forme de cette théocratie-là. Cette manœuvre de remplacement et ce caractère rappellent la description que fait l’apôtre Paul à propos  de « l’impie, de l’homme de péché, qui s’oppose et s’élève contre tout ce qui est appelé Dieu ou qui est un objet de vénération » (voir note 2)…

À une époque où le statut de la femme ne lui permettait pas d’accéder à des responsabilités gouvernementales (pour ce qui concerne le peuple d’Israël[7]), ou de s’ingérer dans les affaires du pouvoir, elle surmontera tous les obstacles et montrera une détermination hors du commun face à Elie[8] le prophète, puis face à Jéhu[9], qui deviendra plus tard le nouveau roi d’Israël par l’onction d’Elisée. Elle ne craint pas de rencontrer ces hommes sur leur terrain, car elle méprise l’autorité divine qu’ils incarnent. Son attitude face au masculin (son mari, Elie et Jehu) pourait laisser à penser que c’est l’Homme qu’elle méprise et dont elle conteste ouvertement la domination naturelle provenant de la Parole de Dieu.

On voit apparaître par exemple dans l’épisode de l’assassinat de Naboth (1 Rois 21), que le caractère de Jézabel est dominant, exerçant une influence froide et calculatrice : un caractère donc qui prétend clairement aux prérogatives masculines de l’époque et qui fait jeu égal avec lui (alors que le caractère d’Achab est faible et dominé par les émotions).

La situation politico-religieuse d’Israël de cette époque est par conséquent le résultat d’une rencontre entre un roi faible, irrésolu et une femme au caractère dominateur, indépendante, ne se contentant pas de revendiquer une place, mais s’en emparant pour s’imposer, gouverner, diriger, dominer, et ce, à n’importe quel prix.

Jezabel ne correspond pas à l’image féminine de son temps, elle n’est pas représentative de la mentalité féminine de son époque : elle évolue dans un monde à part, dans lequel il n’existe pas d’autorité au-dessus d’elle – ni Dieu ni maître – et cela contribue à forger en elle ce caractère indépendant[10], cet égo surdimensionné.

C’est l’ensemble de ces choses qui constitue le portrait, « la mentalité de Jézabel ». Et c’est de cette femme-là, dotée de cette mentalité-là, dont parle le Seigneur à l’église de Thyatire, à cette différence près que cette femme, mise en lumière dans le Nouveau Testament, se trouve là convertie et exerçant un ministère d’enseignement et de prophétie reconnu par le peuple.

suite de l’article à venir : La Jezabel de Thyatire

Jerome Prekel©www.lesarment.com/juin2013

.

NOTES

[1] Il ne fait évidemment aucun doute que des puissances spirituelles de méchanceté exercent leur influence néfaste dans le monde en général, et cherchent à l’exercer également sur/dans l’Église. Mais si l’on s’en tient à la présentation que la Bible fait de la reine Jézabel, et à l’emploi de la référence de son nom, on comprend que pas une seule fois il n’est question d’un esprit impur en tant que tel. Il est bon de s’en tenir à ce modèle et de ne pas pousser les choses au-delà de leur sens. Ce choix salutaire gardera de la tentation de chasser un « esprit de Jézabel » là où la rébellion du cœur est souvent la seule en cause — ce qui pourrait éviter quelques combats spirituels imaginaires.

[2] Par « esprit antichrist » (ou : esprit de l’antichrist), on entendra tout ce qui s’approche et s’inspire de certains comportements décrits plus tard dans le Nouveau Testament : 

– 2 Thessaloniciens 2:3 « … le fils de perdition, qui s’oppose et s’élève contre tout ce qui est appelé Dieu ou qui est un objet de vénération»

-1 Jean 2:18 « Petits enfants, c’est la dernière heure; et comme vous avez entendu que l’antichrist vient, maintenant aussi il y a plusieurs antichrists, par quoi nous savons que c’est la dernière heure »

-1 Jean 2:22 « Qui est le menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ? Celui-là est l’antichrist, qui nie le Père et le Fils ».

-1 Jean 4:3 « et tout esprit qui ne confesse pas Jésus Christ venu en chair n’est pas de Dieu; et ceci est l’ esprit de l’antichrist, duquel vous avez entendu dire qu’il vient, et déjà maintenant il est dans le monde ».

– 2 Jean 1:7 « car plusieurs séducteurs sont sortis dans le monde, ceux qui ne confessent pas Jésus Christ venant en chair: celui-là est le séducteur et l’antichrist ».

[3] le royaume de Sidon est situé au nord d’Israël, sur le territoire du Liban actuel (entre Tyr et Beyrouth).

[4] Apostat : personne ayant abandonné sa religion, qui a fait acte d’apostasie. Il est possible d’être apostat en conservant les formes extérieures d’une religion tout en incarnant des principes contraires.

[5] Littéralement « Roi de la ville » (de Tyr), il est le dispensateur de la fertilité (René Dussaud, Syria, et P. Lagrange, Étude sur les religions sémitiques).

[6] Astarté est la déesse de la fécondité et son culte est surtout populaire à cause des rituels et offrandes sexuelles qui lui sont offertes. Son adoration est une source d’immoralité car ses prêtresses se livrent à la prostitution sacrée (Juges 2/13, 10/6, 1 Rois 11/5, 33, 2 Rois 23/13). Ce culte est accompagné de hiérogamie, c.-à-d. d’une union rituelle du roi et d’une prêtresse du dieu. C’est Ishtar de la Mésopotamie qui est devenue Astarté chez les phillistins, puis Aphrodite chez les grecs et Vénus chez les romains (sources : dictionnaire biblique Emmaüs, les Deux Babylones, et commentaires Scofield).

[7] Israël et Juda n’ont pas eu de reine gouvernante en tant que telle. Certaines influences ont existé (la régence d’Athalie). En revanche, nous trouvons des cas particuliers en la personne d’Esther (à Babylone) et de Deborah qui seront élevées, temporairement, à des postes de responsabilités politiques et/ou spirituelles.

[8] 1 Rois 19/2

[9] 2 Rois 9/31

[10] autonome, du grec ancien αὐτόνομος autonomos (« qui se régit par ses propres lois »).

2 comments On L’ESPRIT DE JEZABEL -1

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Site Footer