Prière musulmane imposée en Angleterre

Le flot de mensonges qui se déverse au travers des médias en général, et de l’internet en particulier, est incontrôlable, comme chacun sait. Le chrétien est averti et exhorté à se garder du mal, et à cultiver l’amour de la vérité. Nous devons être prudents comme les serpents (Matthieu 10/16). Que signifie cette image ? Les serpents n’ont pas d’oreille externe et ne disposent que d’un système auditif interne rudimentaire, qui récolte les vibrations du sol par l’intermédiaire de la mâchoire, toujours en contact avec le sol. La prudence dont parle Jésus consiste à ne pas attendre que le danger soit présent : ses vibrations annonciatrices suffisent pour que nous ayons la sagesse (la prudence) de passer notre chemin.

Mais le chrétien connecté d’aujourd’hui est hypersollicité par toutes sortes de choses, et le tri est difficile à effectuer. Le nombre de vibrations du mensonge s’est tellement élevé que nous sommes accoutumés à en ressentir la présence, au point que nous y sommes immergés en continu, ce qui était le but recherché. Dès lors, l’exercice de séparation du Bien et du Mal est devenu compliqué, au point que dans certains domaines, nous en avons fait notre deuil. Surtout si le chrétien fonctionne davantage en mode « émotionnel » que « spirituel ».

Dernier épisode de la guerre de la désinformation, une nouvelle « info scandaleuse » émanant des réseaux d’extrême-droite français, et trouvant écho (hélas) dans des réseaux chrétiens évangéliques : «en Angleterre, un maire musulman impose la prière musulmane à son conseil municipal». L’idée partagée consistant à dire «Voici ce qui nous attend en France».

L’aspect propagandiste saute aux yeux avant même d’avoir lu l’article, mais pas pour l’internaute prêt à tomber du côté où il penche. Pour lui, la vérité c’est ce qui confirme ce qu’il pense. Ce n’est plus l’objectivité qui compte (qui devrait le pousser, a minima, à vérifier « l’info » et à contrôler sa source), mais le besoin de confirmer son ressenti, son opinion — ce qu’on appelle « la subjectivité ».

Une vidéo est proposée à la lecture, 2’20 (ici), montrant un extrait d’un conseil municipal de la ville d’Oldham, au Royaume Uni, lors d’une de ses séances du 12 juillet dernier, dont l’intégralité n’est en général pas proposée, puisqu’elle dure 3’28’40 (ici). On y voit un Conseil Municipal écouter religieusement la prière d’un imam, en début de séance, ce qui fait dire à ceux qui se prennent pour des lanceurs d’alerte : voilà ce qui nous pend au nez, à nous les français !

Il est important de savoir que contrairement en France, le thème des prières religieuses lors de l’ouverture de conseils communaux est une pratique répandue au Royaume-Uni, qui est tout à fait légale (vérifier ici). Régulièrement, des démarches sont faites pour tenter de mettre un terme à cette habitude traditionnellement chrétienne, sous la pression de la nouvelle religion de la laïcité. Cependant, il existe également une demande croissante — une revendication — des autres religions d’être intégrées dans cette pratique de prière, au nom de la diversité (article BBC). Dans l’illustration ci-dessous, on remarque que près de la moitié des villes du Pays de Galles ont choisi de prier une prière chrétienne lors des Conseils Municipaux.

Cette précision suffit à démontrer le caractère manipulatoire de cette info qui circule principalement sur Facebook, relayée par mails, et à laquelle les chrétiens ne devraient pas se mêler, s’ils avaient un tant soi peu de discernement. Non, le Conseil Municipal d’Oldham n’est pas à la botte d’un maire musulman (l’homme présenté comme le maire est en fait un des adjoints principaux, le leader du Conseil étant une femme, Jean Stretton) qui a imposé la prière musulmane à l’ensemble du Conseil. Cette « info » est donc un mensonge manipulatoire, dont le point d’origine est une poubelle, et qui fait de ses relais un réceptacle de même nature. Chrétien, la vérité est ailleurs ! C’est en étant toi-même une lumière que tu prends place dans les rangs de l’armée de lumière. La guerre contre une autre religion, quelle que soit la forme qu’elle revêt, n’est pas dans le message de l’Évangile, mais est une séduction. Il existe bien une guerre à laquelle nous sommes convoqués, et qui peut mettre en jeu notre vie, mais ce n’est pas celle-ci.

Jerome Prekel©www.lesarment.com

2 comments On Prière musulmane imposée en Angleterre

  • Où est la preuve que l’information est fausse ?

    • Bonjour,
      Cette désinformation est constituée par le mélange d’un fait, et de son détournement :
      Le fait : une prière musulmane en introduction d’un conseil municipal de la ville de Oldham le 12 juillet dernier.
      La désinformation : affirmer que le maire musulman oblige le conseil municipal à écouter/subir une prière musulmane.
      L’instrumentalisation : faire peur au moyen de ce mensonge («voilà ce qui nous attend»), alimenter la peur des musulmans, la haine de l’islam, le rejet. Nous avons le droit d’être scandalisés par les actes scandaleux des fanatiques, et de condamner leurs œuvres mais nous ne devons pas nous laisser dépasser par la violence des sentiments.
      Ceux qui se disent chrétiens ne doivent pas croire aux mensonges, et se doivent de les combattre. Nous ne pouvons combattre les ténèbres qu’avec les armes de la lumière. Que ferait Jésus s’il exerçait physiquement son ministère aujourd’hui parmi nous ? Alimenterait-il la haine ou le rejet des musulmans ? Considérerait-il qu’ils sont une menace pour le christianisme ? Seuls les ignorants peuvent le penser, seuls les aveugles peuvent l’enseigner.
      Car exerçant son ministère sous le joug de l’occupant romain, Jésus n’a pas dit un seul mot de la situation, alors qu’une partie de la société juive était en résistance. Pour Jésus, la véritable guerre est contre l’orgueil de la vie, les convoitises, les mauvaises pensées et les mauvaises paroles qui jaillissent de notre cœur. La guerre est contre le péché. La guerre est contre la résistance de la chair, qui doit accepter la croix, ou alors il n’est pas possible de suivre le Seigneur. Le centre de gravité de l’évangile, c’est de Le reconnaître comme Sauveur et Seigneur, c’est-à-dire d’accepter de marcher comme lui-même a marché. En aimant ses ennemis, ses propres frères, et en bénissant ceux qui l’ont maudit. Voilà l’essence du christianisme.

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Site Footer